Le wokisme – l’idéologie décadente de l’empire en déclin

 

La guerre culturelle est un combat pour l’arrêter

Par Brandon Smith − Le 18 juin 2024 − Source Alt-Market

J’ai récemment regardé une vidéo réalisée par certains de mes commentateurs de cinéma préférés, dans laquelle ils se lamentaient sur la mort apparente des salles de cinéma. Ils citaient une longue liste de superproductions récentes qui avaient échoué, tout en se demandant pourquoi tant de films échouaient. En particulier, ils avaient prédit que le film “Furiosa” (un film d’appât féministe conçu pour remplacer le personnage masculin plus populaire de Mad Max) marcherait relativement bien. Pourtant, le film a mordu la poussière de manière épique. Les auteurs ne comprenaient pas pourquoi cela s’était produit.

 

Ils ont avancé de nombreuses théories sociales et économiques pour tenter d’expliquer pourquoi tant de films à gros budget perdaient de l’argent. Ils ont bien sûr suggéré que l’événement Covid pourrait avoir poussé les gens à s’adapter aux services de streaming comme étant la meilleure option. Ils ont noté que les salles de cinéma peuvent être plus frustrantes en raison des clients bruyants. Ils ont essayé d’appliquer certaines théories économiques à la situation (ces théories étaient trop simplistes et douloureuses, mais ces types ne sont pas des économistes, alors je les ai laissés passer).

Cependant, lorsque le concept de guerre culturelle a été brièvement abordé, ils l’ont immédiatement rejeté.

Ils ont agi comme s’il ne s’agissait pas du tout d’un élément de l’équation, un simple élément marginal “pute à clicks” essayant de faire quelque chose à partir de rien. L’idée que les gens boycottent Hollywood par principe était trop difficile à gérer pour ces critiques de cinéma. Et je dois dire que le niveau d’illusion requis pour ignorer les effets de la guerre culturelle me laisse pantois. Si vous ne comprenez pas la guerre culturelle, alors vous ne comprenez rien à ce qui se passe aujourd’hui en Amérique (et dans de nombreuses régions d’Europe).

Des gens inconscients de l’importance de la guerre culturelle

Je sais qu’il y a des gens qui refusent de s’engager dans quoi que ce soit de politique. Certaines d’entre elles n’aiment pas s’impliquer dans un conflit, quel qu’il soit. D’autres se considèrent comme “au-dessus de tout” et supérieurs à tous ceux qui s’intéressent à la politique, aux questions sociales ou aux “théories du complot”. Cela ressemble plus à un mécanisme d’adaptation pour ceux qui ne saisissent pas la nature complexe de la division civile.

Oui, il est plus facile de fermer les yeux sur ce qui se passe et de prétendre que le chaos est dû au hasard, mais le fait est que notre civilisation change et se désagrège rapidement, et ce à dessein. TOUT LE MONDE sera affecté par ces conditions et ces conséquences, qu’il croie ou non à la guerre culturelle.

Le monde du cinéma peut être considéré comme frivole par de nombreux conservateurs, mais il m’a toujours fasciné parce qu’il constitue une fenêtre parfaite sur les conflits culturels. Le cinéma est censé être l’expression de la mythologie moderne, mais il peut aussi être le reflet des influences idéologiques qui se cachent derrière le rideau. Il est souvent utilisé comme vecteur de la propagande de l’establishment.

L’échec total des efforts déployés par Disney pour imposer le culte wokiste dans la Guerre des étoiles en est un bon exemple. Leur dernière série, The Acolyte, est peut-être la production Star Wars la moins performante de tous les temps. La série a été décrite comme “des sorcières lesbiennes moralement relatives dans l’espace” et un désastre de propagande DEI.

La réponse de Disney et des médias ? Blâmer le public, les consommateurs, au lieu d’admettre qu’ils ont créé un mauvais produit dont personne ne veut. Ils disent qu’il faut avoir envie de le regarder. Si ce n’est pas le cas, c’est que quelque chose ne va pas chez VOUS.

L’effacement « communiste » du choix des consommateurs (Monsieur Brandon Smith ne connait pas le sens du mot « communisme », excusez-le. NDÉ).

Il ne s’agit pas seulement de films. Presque toutes les grandes multinationales [corporation est ici traduit un peu abusivement par multinationale plutôt que par entreprise pour faire ressortir l’idée de la globalisation, NdT] se sont engagées dans la guerre Wokiste depuis environ 2016 et elles ont été implacables dans leur mission de faire de l’extrémisme de gauche l’idéologie dominante dans le monde occidental. Elles sont même prêtes à perdre une part massive de leur clientèle dans le processus (Bud Light en est un excellent exemple).

L’insurrection des multinationales contre les consommateurs n’est jamais aussi évidente qu’au mois de juin, déclaré unilatéralement “Mois de la fierté” par une armée de multinationales et d’organisations à but non lucratif. Qu’on ne s’y trompe pas, le “Mois de la fierté” n’est pas une initiative populaire ou un redressement de griefs. La communauté LGBT n’a pas de griefs légitimes et elle a exactement les mêmes droits que tout le monde en vertu de la loi. Le mois des fiertés n’est pas une question d’égalité, mais de pouvoir et de contrôle culturel.

Avec les concepts DEI, c’est la même chose : un effort des multinationales pour injecter du Wokisme dans la vie quotidienne des travailleurs et des consommateurs, jusqu’à ce que la rhétorique soit tellement ancrée dans l’existence de chacun qu’il ne se pose plus la question de sa légitimité.

Presque personne n’a demandé le mois des fiertés. Presque personne n’a demandé les idées DEI. La plupart des gens s’en moquent. Pourtant, chaque année depuis plusieurs années, des multinationales et des éléments du gouvernement ont imposé ces idées à la population et nous ont dit que nous devions y adhérer si nous voulions être considérés comme des “gens bien”.

C’est sur cet argument que je souhaite me concentrer : l’idée que les multinationales dictent désormais la morale au public, comme si elles étaient les arbitres de nos normes sociales.

Les entreprises traitent les consommateurs comme des serviteurs sous contrat

À un moment donné (il est difficile de déterminer exactement quand), les multinationales ont adopté un nouveau mantra, une nouvelle façon d’envisager les affaires. Ces multinationales ont toujours cherché à influencer les gens pour qu’ils achètent des produits, souvent par le biais d’un marketing malhonnête et manipulateur. Ce n’est pas de cela que je parle.

Dans notre nouvelle ère, les multinationales ont décidé que les produits n’ont plus besoin de plaire aux acheteurs. Elles ne sont plus redevables au client, c’est le client qui leurs est redevable. En d’autres termes, si elles sortent un produit dans l’intention de faire du mal, le client doit l’acheter et l’aimer inconditionnellement, faute de quoi il est qualifié d’ennemi.

Il s’agit d’une juxtaposition grotesque de la relation traditionnelle entre l’entreprise et le consommateur. Je soutiens depuis longtemps que les multinationales ne sont pas des entités du marché libre, mais des constructions socialistes créées et protégées par les gouvernements. Cependant, il fut un temps où elles se souciaient au moins de rendre les consommateurs heureux afin de pouvoir réaliser des bénéfices et continuer à fonctionner. Ce n’est plus le cas.

Aujourd’hui, les multinationales traitent les consommateurs comme des esclaves dans une plantation. On leur dit quoi manger, quoi boire, quoi aimer, quoi détester et quoi penser. Il suffit de voir ce qui se passe lorsque les consommateurs s’opposent à l’idéologie de la guerre ou aux idées DEI dans le marketing des multinationales : dans presque tous les cas, la multinationale et les médias du pouvoir attaquent leurs clients en les traitant de racistes, de bigots, de misogynes ou de fascistes.

Ils affirment que si un groupe de clients n’aime pas un produit à cause du message politique, ils ne veulent pas de ces personnes comme clients. Ils les renvoient fièrement à la porte. Puis, lorsque leurs produits échouent et que leurs ventes implosent, elles rejettent à nouveau la faute sur les “bigots et les racistes”.

La véritable raison pour laquelle les multinationales se désintéressent désormais de la question ?

Bien sûr, le premier réflexe de chacun serait de souligner que ces multinationales sont en train de s’autodétruire. Vous ne pouvez pas traiter la majorité de vos acheteurs comme des lépreux contagieux et espérer continuer à faire des bénéfices. Ces multinationales finiront par mourir. Cela dit, j’aimerais proposer trois autres théories…

Théorie n° 1 : J’ai beaucoup parlé par le passé des critères ESG et de son échec en tant qu’outil de consolidation du pouvoir. Les globalistes, par l’intermédiaire de groupes tels que le Council For Inclusive Capitalism, pensaient pouvoir unifier les multinationales sous l’égide des prêts ESG et les utiliser ensuite comme un monopole d’influence pour faire pression sur le public afin qu’il se soumette aux idéaux ESG. Le public a résisté à ce programme et en a dévoilé les tenants et aboutissants.

Et si les critères ESG n’étaient qu’un test bêta ? Et si le véritable objectif était de devenir totalement communiste – en faisant des gouvernements et des banques centrales la principale source de financement ESG.

En d’autres termes, que se passe-t-il si ces multinationales savent quelque chose que nous ignorons et qu’elles s’attendent à ce que les gouvernements interviennent et les sauvent par un renflouement perpétuel ? Toute multinationale qui s’aligne sur les politiques progressistes sera sauvée. Toute multinationale qui ne le fait pas sera autorisée à s’effondrer.

Théorie n° 2 : Et si les grandes multinationales agissaient comme si elles n’avaient pas besoin de satisfaire les consommateurs parce qu’on a dit à leurs dirigeants que le système allait s’effondrer à court terme ? Et si elles avaient abandonné leur mission de recherche de profits et étaient devenues des propagandistes parce qu’elles savaient que les profits n’avaient plus d’importance ?

Si l’économie est sur le point de subir une déstabilisation semblable à celle de la Grande Dépression (ou quelque chose de pire), cela pourrait expliquer pourquoi les PDG des entreprises ont laissé leurs produits et leurs relations publiques dérailler.

Théorie n° 3 : Il est possible que le concept du client en tant que serviteur de l’entreprise soit une étape médiane vers un avenir orwellien – l’idée de “l’économie du partage” promue par le Forum économique mondial. Et si l’habitude d’essayer de faire honte aux consommateurs pour qu’ils acceptent n’importe quel produit était destinée à acclimater la population à une culture dans laquelle le libre choix du marché disparaît complètement ?

Dans l’économie du partage (construite autour d’une société sans argent liquide), le gouvernement fournit tout alors que vous ne possédez rien. Le principe de la propriété privée s’évapore. Dans ce type d’environnement, le public devrait se contenter de la nourriture qu’on lui donne, du logement qu’on lui donne, des outils qu’on lui donne, du travail qu’on lui donne, des divertissements qu’on lui donne, etc. (Les fascistes disent « Tout pour et par l’État, tout dans l’État »  NDÉ).

La finalité

Lorsqu’on “donne” quelque chose aux gens, on s’attend à ce qu’ils en soient reconnaissants, quelle que soit la nature de la chose. En d’autres termes, « l’économie de partage » engendrerait une mentalité d’esclave dans laquelle chacun doit se contenter du peu qu’il a. S’ils se plaignent, eh alors, ce sont des petits monstres ingrats dont il faut s’occuper, n’est-ce pas ?

C’est ainsi que le monde de l’entreprise traite le public EN CE MOMENT. Imaginez ce que sera la situation dans la prochaine décennie si nous laissons cette tendance se poursuivre. Les multinationales ne peuvent pas nous forcer à acheter leurs déchets DEI aujourd’hui, mais que se passera-t-il si demain les gouvernements leur donnent ce pouvoir ? Et si elles devenaient les seuls fournisseurs ?

C’est là tout l’enjeu de la guerre culturelle. Il y a ceux qui veulent embrasser le système dystopique (principalement les gauchistes) et ceux qui voient ce système pour le mal qu’il est vraiment. Il y a ceux qui veulent perpétuer le culte Wokiste et ceux qui le boycottent. Les sceptiques qui restent ignorants de cette guerre n’ont pas d’importance ; ils sont des déchets flottant sans but sur les marées de l’histoire. Ils s’en moquent aujourd’hui, mais ils s’en soucieront dans un avenir proche, lorsque leur liberté de choix disparaîtra complètement.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

7 réflexions sur “Le wokisme – l’idéologie décadente de l’empire en déclin

    • 7 juillet 2024 à 15 h 30 min
      Permalien

      :))) lol Je seconde a fond ! il est complètement fou ce smith de mes deux !

      Répondre
  • Ping : Le wokisme – l’idéologie décadente de l’empire en déclin | Raimanet

  • 7 juillet 2024 à 11 h 54 min
    Permalien

    Ce développement de ce Brandon Smith est ce que le fameux et très ancien dicton Arabe résume en l’expression très brève et savante ;  »Une vérité voulant une injustice »… et dans le cas présent, je dirais, c’est déployer plusieurs vérités pour diffuser des injustices, du racisme, et des mensonges !

    Ce qu’appelle l’auteur ici DEI et s’insurge a son encontre, la dénonce et s’emploie a monter toute sa mayonnaise a cet effet, c’est la  »Diversité, Équité, Inclusion »…. ! il suffit a toute personne normalement constituée, de comprendre ce DEI utilisé par l’auteur, pour déduire que nous avons affaire a un bigot, un raciste en plus d’un macho, miso, homophobe et anti-liberté sexuelle, de la pire espèce ! :)))

    On croirait rêver, ou lire une chronique des chroniqueurs poubelles du journal de montréal, qui chérissent ces thèmes et sont grassement rémunéré pour s’attaquer tous les jours de la même manière au cette DEI, et aux minorités quelque soient leurs differences, origines ou orientations !

    il faudrait d’abord, souligner que toutes ces catégories sociales mises sous le patronyme de  »minorités » qui enerve l’extrême droite et ce genre d’energumène, rassemble en réalité des catégories sociales n’ayant que très peu avoir entre elles, sauf le fait d’être une minorité en effet. les immigrés ou les gens racisé, peuvent ne rien avoir avec les homosexuels, les lesbiennes ou les LGBT, ou les  »Queer ».

    Cette expression de Minorités a en effet pu été récupérée et exploitée a fond par a la fois des partis de Gauche et de Droite également et surtout, pour faire des gains politiques, pour policer leur discours, pour visiter une fois de temps a autre et prendre des photos les politiciens avec les immigrants des ghetto, ou pour marcher dans une Gay Pride et se faire filmer et prendre en photo par les journalistes, bref, tout ceci fait partie on s’entend de la propagande politique dont les auteurs ne croient pas nécéssairement a ces valeurs promues ou ces  »pubs » visant a faire des gains électoraux !

    Or qu’en réalité, les organes ou organismes, associations de la société civile, ou mouvements qui défendent les droits de ces catégories, réunies sous le terme de  »Minorités » pour des raison pratiques, sont souvent distinctes et indépendantes des partis politiques, et distinctes les unes des autres, sont parfois ou très souvent issues de ces communautés elles-mêmes directement ! Ainsi des représentants d’immigrants a la tête d’associations, sont souvent des immigrants, et même chose pour les LGBTQ, dont les représentants s’identifient eux-mêmes a cette catégorie, mais les deux, peuvent avoir dans leur mouvement politique et celui de la réclamation de Droits a l’équité et l’inclusion, des armées de gens qui ne soient ni l’un, ni l’autre, qui sont hétéro, ou qui sont blancs occidentaux, et qui peuvent être a la fois de gauche et de droite !

    Avant de conclure, il faudrait préciser aux gens qui pensent comme l’auteur de cette infâmie, que les immigrants ou les LGBT ne réclament pas plus de droits que le reste de la population, ils réclament simplement les mêmes droits que tout le monde; le Droit a l’insertion a la société, au travail, a l’équité et au traitement selon le mérite et ne réclament pas de passe-droit, et les LGBT réclament en plus de ces droits constitutionnels, ceux de pouvoir se faire traiter et soigner par des médecins au même titre que la population, car ce que les gens ne savent pas est que même les médecins refusent souvent de les traiter ou les soigner de manière subtile, ou alors ne le font que sommairement… bref, mais, il n’y a pas que ça, ils réclament de la justice et du respect en société car font l’objet de rejet de la société, de moqueries, de harcèlements, et parfois de violence ! donc, tous ces gens, qu’on les aime ou pas, ne font que réclamer leurs droits de citoyens, indépendamment de leur couleur de peau, leur origine, leur religion, leur orientation sexuelle, ou leur aspect physique ou général, comme les obèses peuvent réclamer la même chose, les vieux, les handicapés, les malades pris avec des maladies particulières a qui on refuse des droits, ou simplement les femmes peuvent réclamer la même chose et l’équité en emploi et en salaires !

    Bref, en conclusion;

    Les vérités utilisées par l’auteur sont celles-ci

    – Oui, le grand public se fout de hollywood et des partis politiques et se méfie de toute propagande issue de ceux-la
    – Oui, les multinationales utilisent les moyens les plus vils en marketing pour forcer les gens a consommer et peuvent diaboliser ceux qui les dénoncent
    – Oui, il existe des guerres culturelles, de la manipulation de l’opinion, mais ça, c’est toutes les mouvances qui se font la guerre et tentent de s’approprier une culture et diffuser celle qui sert leur intérêts, même les partis politiques bâtissent des cultures qui leur sont propres pour diffuser l’image qu’ils veulent pour attirer le public,… les mouvements culturels aussi évidemment, les mouvements sociaux, la gauche, la droite, et leur extrêmes !
    – Oui, nous vivons dans des économies dirigées ou dirigistes, qui ressemblent au communisme Soviétique, mais a l’envers, c’est a dire, au lieu de consommer ce que l’état permet, nous, nous pouvons consommer tout et n’importe quoi, a profusion, sans limite, sans plafond !

    Maintenant, les Mensonges et les injustices que cet auteur diffuse sont :

    – Ces minorités, populations racisées, ou immigrants, ou les  »marginaux » par leur orientation sexuelle, sont défendu véritablement par les États, les parti politiques, ou les multinationales ! il aurait mieux fait de dire qu’elles sont exploitées par tout ce beau monde et il le sait mais il ne le dit pas

    – Ces minorités, populations racisées, ou immigrants, ou les  »marginaux » par leur orientation sexuelle, ne devraient pas avoir les mêmes droits que tout le monde ! ne sont pas comme nous, et sont ou devraient être nos ennemis !

    – l’inclusion ou l’équité est un crime commis a l’égard de la population de ssouche qu’il faut combattre et dénoncer !

    Bref, Brandon Smith, encore un peu, tu pourrais apprendre le français, et tu trouverais un meilleur job au Québec, au journal de montréal, qui ne plafonne pas les salaires de ses chroniqueurs poubelle, car ils sont probabalement soumis au régime de la  »liste civile » de la monarchie Québécoise, celle qui trône sur les médias d’ici, possède des kilomètres carré de terres, les plus gros business, et la plus grande influence sur la politique du Québec !

    Brandon Smith, vous êtes tout prêt a être décoré a l’assemblée nationale du Québec, et recevoir, s’il vous plait, un poste de Sénateur aussi, et de membre du conseil d’administration d’une série d’entreprises prestigieuses du Québec, moyennant rémunération supplémentaire, privilèges, et passe-droits ! et non, vous n’avez pas besoin de porter le nom de famille Gagnon pour cela, on se satisfera du vôtre, du moment qu’on voit et passe ton visage a la télé, comme blanc, bien né, visage pâle, béni par Jesus de nazareth et par le curé ayant pignon sur rue ! :))) lol

    Répondre
  • 7 juillet 2024 à 14 h 20 min
    Permalien

    Le pire dans tout ceci on s’entend, est que le terme  »minorités, minorités visibles, population racisée et autres » inclut les premières nations et les autochtones :))) bref, les possesseurs légitimes et uniques ev réalité de cette terre et ce continent qu’on a viré, exclu, génocidé, humulié, écrasé, assimilé ou tenté d’assimiler, et qui a ce jour, constituent la majorité de la population carcérale des prisons Canadiennes !

    les colons croient ferme depuis toujours que le grand manitou est idiot, qu’il s’agit d’une statue de bois sculpté, que les esprits des ancêtres c’est de la frime, et de la mythologie, que ce que professe le chaman et le sorcier, c’est une culture paienne, et qu’a cause de tout ça, ce peuple sauvage et barbare, ne mérite pas le moindre égard, respect ou gratitude pour son acceuil et ses concessions ou sacrifices…, sauf les arrangements pris a la va vite avec quelques représentants corrompu de ce peuple ou ces peuples et nations ! Ce racisme qui fait qu’on promeut encore des voyous qui insultent ce peuple et on leur permet de paraitre dans la presse, et la vie mondaine, et lâcher leurs insultes a l’égard de tout le monde qui n’appartient pas a la première mouvance coloniale dite pionnière, est en fait ce qui transforme ce combat pour le porter a l’international, le rendre audible du monde entier, et visible par toutes les sociétés et nations du monde qui témoignent a leur tour de toutes ces injustices ! car si le Canada prétend ou soutient que lui, est differend des états-unis a ce propos, ou de tous les pays d’amérique centrale ou latine  »mon dieu, n’allez pas nous comparer a ces dictatures tiers-mondistes », et bien il se met le doigt dans l’oeil, car il n’y a que très peu de difference entre le gouvernement de Jair Bolsanaro au Brésil, et celui de Justin Trudeau sur les questions autochtones, et c’est pas la peine a Radio Canada de s’émouvoir qu’un Bolsanaro accède au pouvoir comme étant l’extrême droite et créditer les libéraux ou les conservateurs d’ici d’être de gauche peut-être ou d’extrême gauche ! :)))

    Minorité visible jusqu’au trognon, je joins ma voix a mes frères et soeurs autochtones, et leur demande l’asile économique, politique et l’acceptation de ma présence sur leur terre, les en remercie chaudement et me déclare prêt a leur rendre la pareille par le volontariat, le militantisme et tout action qui leur plait…. sans exclure les justes parmis les colons et leur progéniture, car cela serait injuste, et puisque ils sont depuis toujours et le premiers jour ceux qui ont milité auprès des autochtones et des premières nations pour la reconnaissance de leurs droits ! et sans être des minorités !

    Brandon Smith, je suis une minorité et je t’emmerde ! :)))

    Répondre
  • 10 juillet 2024 à 22 h 09 min
    Permalien

    «Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes» (Karl Marx,Les manuscrits de 1844) et notre époque dominée par la bourgeoisie n’y échappe pas.
    Ainsi, l’idéologie LGBTQ+2DEI…et celle de la «gogôche caviar» comme celle de leurs détracteurs «fachos-religieux-cléricaux-poutiniste-xi-un et compagnie», ne sont que les 2 faces de la même idéologie promue par les maîtres de l’idéologie dominante que sont les monopoles de la propagande bourgeoise, depuis Disney et les «Majors», jusqu’au cinéma porno, en passant par toute la gamme des merdias mainstream privés et publics, le clergé orthodoxe russe et le pseudo Parti communiste chinois,cubain,etc., tous propriétés des bourgeois milliardaires ou de leurs larbins étatiques de l’aristocratie «communiste».
    Ces 2 côtés de la même dictature, ensemble, séparément et en s’opposant, ne poursuivent qu’un but: DIVISER POUR RÉGNER ET PERPÉTUER LEUR DICTATURE DE CLASSE en semant la confusion et en distrayant le prolétariat, leur fossoyeur, de sa mission historique de les renverser et les jeter dans la poubelle de l’histoire.
    Avec égard pour le travail des «7duQuébec» qui s’emploie à instruire le prolétariat sur les grands enjeux contemporains et à l’outiller pour sa révolution, j’ai peine à lire les élucubrations de ce Brandon Smith qui nie la lutte des classes et traite la réalité comme si elle était universelle, imputant au «socialisme», à la «gauche», au «wokisme» l’idéologie dégénérée de la bourgeoisie alors que le «wokisme» n’en est que la version correspondant à notre époque dissolue où les contradictions sociales, tant entre le prolétariat et la bourgeoisie que celles entre les diverses factions de chacune des classes ont atteint un degré d’intensité qui mène la société au bord de la guerre thermonucléaire apocalyptique ou à la révolution prolétarienne universelle.
    Même s’il faut dénoncer l’instrumentalisation des «sexes», des «genres», des orientations sexuelles et autres opinions personnelles alimentée pour diviser et dominer le prolétariat, cela ne saurait justifier de lui opposer les idées obscurantistes religieuses moyenâgeuses promus par Poutine et sa clique de capitalistes ou oser affirmer que les compagnies cinématographiques bourgeoises voulaient servir le «public» et faire un profit légitime en abrutissant le prolétariat avec leurs films bourgeois traditionnels voués au culte de la religion, de la famille nucléaire «bon chic,bon genre», de héros au-dessus du peuple et toutes ces fadaises débilitantes du cinéma et de la culture bourgeoise que promouvoit ce Brandon Smith.
    La guerre contre le «wokisme» est une fausse guerre car le «wokisme» n’est que le côté «gauche» de la dictature de la bourgeoisie alors que ceux qui comme ce Brandon Smith invite à cette «guerre» en sont le côté «droit», tout 2 se nourrissant l’un de l’autre afin de détourner le prolétariat de sa mission historique: détruire l’intégralité de cette dictature afin d’instaurer la dictature du prolétariat et la seule idéologie scientifique: le marxisme.
    Brandon Smith et «sa guerre au ´wokisme’» bidon, servie par des arguments fascistes débilitants, n’a pas sa place dans «les7du Québec».
    En nos temps de danger inégalé dans l’histoire du prolétariat, il importe plus que jamais de défendre la pureté du marxisme et de combattre fermement toutes les variations de l’idéologie bourgeoise que la bourgeoisie concocte à chaque instant pour duper le prolétariat et perpétuer sa dictature mortifère.
    J’ai souvenir qu’on m’ait reproché de promouvoir un «slogan» dit passéiste: «défendre la pureté du marxisme» mais quelle idéologie permets mieux de comprendre le «wokisme» et toutes ces théories du «genre» promues par l’«élite» bourgeoise des sociétés capitalistes pour DIVISER que le marxisme?
    Qui mieux que Marx, Engels et les marxistes qui ont repris et poursuivis leur idéologie, ont analysé les sociétés humaines depuis le communisme primitif jusqu’au capitalisme, en passant par l’esclavagisme et le féodalisme?
    Qui mieux qu’eux ont démontré que « ce n’est pas la conscience des hommes qui déterminent leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience».Ainsi, la crise de la «conscience» des genres du «wokisme» n’est que le reflet «conscient» de la crise de l’existence de ceux qui la vivent et que la bourgeoisie, forte de sa possession des moyens de communication, conséquence de celle des moyens de production et de financiarisation, instrumentalise à son profit.
    La bourgeoisie a atteint sa date de péremption matérielle et elle ne peut plus apporter à l’humanité que crise, guerre et gaspillage dans l’existence, ce qui «détermine une conscience» correspondante faite de décadence,dégénérescence et de dépravation comme l’illustre la montée du «wokisme», des idéologies religieuses, du suprémacisme,du racisme,de la drogue, de la prostitution et de toutes les abominations que nous inflige la bourgeoisie.
    Non à la guerre au «wokisme», oui à la guerre de classe prolétarienne.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *