LES ISLAMO-GAUCHISTES NOUVELLE 5ème colonne?

Voici le dernier texte de notre célèbre JLR,qui a l’ avantage de ne pas mâcher ses mots, de ne pas se laisser entraîner par les sirènes écolo bobo de la pensée unique verte et autres. De remettre à la case départ, le botage en touche du sieur Éric Zemmour et du journal Valeurs actuelles sur l’islamogauchiste. Même si je ne partage pas toutes ses réflexions il a le grand mérite d’être à contre courant.

G.Bad


 

Source: LES ISLAMO-GAUCHISTES NOUVELLE 5ème colonne ?

Les mots composés en politique connaissent une vogue plus ou moins longue pour soit disqualifier l’adversaire soit s’épargner une longue démonstration. La vogue serait-elle partie uniquement du camps socialiste ou stalinien d’antan : social-traître, hitléro-trotskyste, etc.? Peu importe constatons aujourd’hui que les termes islamo-fascisme sont remplacés en ce moment par islamo-gauchisme, termes qui dament le pion à l’invention de l’islamophobie et semble bien utile comme qualificatif accessoire à la stratégie électorale du gouvernement Macron1. Bien que le gouvernement en fasse son cheval de bataille pour ravir les voix désillusionnées des électeurs du PS et celles sans illusion du RN, devrions-nous refuser d’user du qualificatif ? Pas du tout, comme on ne se résoudra jamais ici à ne pas appeler un chat un chat.

 

Pour comprendre la place prise par l’islam dans la géopolitique religieuse moderne et sa défense par les principales puissances capitalistes, il faut rappeler quelques faits laissés sous la table d’autant plus que certains, pas seulement à l’extrême droite (dont les plus intelligents, les maurrassiens)2, persistent à imaginer que la troisième guerre mondiale mettra en scène démocratie bourgeoise versus islam dictatorial. L’hypothèse n’est pourtant pas farfelue pour qui connaît un peu l’histoire de cette religion belliqueuse depuis toujours ; l’islam a bien préparé aussi la guerre de 1914. En novembre 1914, encouragé par l’Allemagne, le chef de la hiérarchie religieuse de l’Empire ottoman lançait une fatwa appelant à l’union contre les « ennemis de l’islam », français, britanniques et russes.

 

Corrigeons d’emblée cette projection fantasmatique : aucune des grandes puissances dominantes – USA, Chine, Russie, Inde, Grande Bretagne – n’est dominée ni destinée à être régie par les diktats islamiques. L’utilisation de l’islam est plus subtile dans la politique « morale » internationale.

 

L’histoire de l’usage des chefs religieux musulmans par les conquérants colonialistes est longue ; dès le 18ème siècle l’Angleterre avait une politique de collaboration islamique claire pour contrer sa rivale française en Méditerranée. Je ne vais pas remonter à toutes les compromissions successives au XIXe siècle et avec Hitler au XXème3, mais illustrer brièvement avec quelques exemples plus récents.

 

Ainsi l’impérialisme stalinien, ce demi-frère du capitalisme occidental, à la suite du mirage léniniste du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » avait entrepris de démontrer aux musulmans du Moyen-Orient qu’il n’y avait pas de contradiction entre l’islam et le « socialisme scientifique », n’étaient-ils pas tous deux « anticapitalistes »?4 Peine perdue comme on l’a vu finalement en Afghanistan où la bourgeoisie américaine s’est servi de l’islam sunnite pour faire tomber le bloc du socialisme déconcerté, caricature nationaliste du vieil internationalisme classique, ce que l’idéologie multiculturaliste sait intégrer et fabriquer5.

 

En fin de compte le stalinisme s’effondrait surtout dans la population russe parce qu’il se confondait avec l’islam: «parler de l’engagement communiste, de l’adhésion à ses dogmes, ou de l’obéissance absolue au Parti en termes de discipline religieuse, de foi ou d’Eglise discréditait le scientisme marxiste-léniniste sur son propre terrain, en montrant que derrière une prétention avant-gardiste resurgissaient des archaïsmes dignes des Croisades, ou que les procès de Moscou ne le cédaient en rien à la chasse aux sorcières de l’Inquisition6.

 

La bourgeoisie américaine avait renversé la vapeur islamique à son profit d’autant que l’islamisme a toujours été le pire ennemi des mécréants du « matérialisme marxiste ». Depuis la fin de la guerre froide, Pakistan et Arabie Saoudite sont restés les deux principaux souteneurs des intérêts US dans la région, mais surtout les principaux financiers des multiples mouvances fondamentalistes dans le monde7. Toujours difficilement contrôlable, et mise en cause le plus sérieusement au temps de l’idéologie laïcisante du nationalisme arabe, l’arme islamiste fait encore bien partie de la panoplie de la CIA.

 

OU LE FANTASME DE LA CINQUIEME COLONNE DEMONTRE QUE L’IDENTITE NATIONALE EST DESORMAIS DE LA FOUTAISE

 

« Les états-nations ne sont pas des aires closes au sein desquelles évoluent des processus culturels, sociologiques et politiques autonomes. Les états-nations ne sont pas des « personnes » dotées d’une psychologie nationale, d’une mémoire nationale, ou un habitus national unique. L’identité nationale repose sur l’appropriation sélective d’éléments importés d’ailleurs ; elle est toujours en cours, et elle connait des « moments étrangers »8.

 

En ce qui concerne les cultures politiques et les mouvements intellectuels, ils sont tellement enchevêtrés que la notion de culture politique nationale n’a plus beaucoup de sens. Même si les formes du système politique peuvent être fort différentes d’un état à un autre, il n’y a pas qu’une seule culture politique française ni britannique ; il y a des cultures politiques britanniques et des cultures politiques françaises, qui en même temps partagent beaucoup d’éléments. En fait, les différences de culture politique à l’intérieur des états-nations sont souvent aussi importantes, voire plus, que les différences entre les états-nations.

 

Troisièmement, l’admiration, ainsi que l’antipathie, pour l’Angleterre vont de pair avec des clivages régionaux à l’intérieur des deux pays, car la droite modéré française partage les préjugés anticeltiques des anglais, les croisant avec ses préjugés envers les gens du Midi. Quant à l’extrême droite, elle sympathise avec les autonomistes catholiques irlandais et catalans, et elle regarde plutôt du coté des pays latins que vers le nord, sans pour autant échapper aux sentiments antiméridionaux, loin de là. En même temps, il faut tenir compte du fait que les Français s’approprient des identités anglaises construites par le biais d’une comparaison négative avec la France. On est en présence donc d’une vraie « histoire croisée » multipolaire, de laquelle sortent des « objets inédits ».5 Il faudra ainsi reconnaitre qu’à certains moments le problème de l’unité française – de la primauté de la nation – se révélait plus difficile que l’on ne l’aurait cru.

 

D’autre part, l’attitude envers la Grande Bretagne constituait toujours une ligne de partage au sein des droites. L’anglophobie d’une grande partie de la droite nationaliste ne fléchissait pas, d’autant plus qu’elle admirait le fascisme en Italie et le régime Salazar au Portugal.

 

La gestion mortifère de la pandémie du Covid 19 montre que le cadre national est encore obligé en matière sanitaire, contraignant au niveau territorial délimité, qui n’est pas indépendant et sans frontière comme la finance « internationaliste ». La bourgeoisie n’appliquera jamais l’internationalisme véritable imaginé par le marxisme, mais elle se sert des bouillies idéologiques comme l’islam pour faire croire à un universalisme « démocratique » incluant la tolérance des intolérants. Chaque pays est désormais traversé et façonné en tout ou partie par des idéologies apatrides, communautaristes ou anarchistes.

 

Si les nationalismes et les nationalismes surtout religieux semblent avoir triomphé remisant au tombeau les internationalismes « prolétarien » ou « fasciste », bien que la presse de la gauche bourgeoise rame pour dénicher le moindre fait divers mettant en scène quelques pitres maurrassiens ou lepénistes9, la 5e colonne c’est toujours la bourgeoisie. L’idée d’une complicité « dans le dos des combattants » a été ridiculisée au moment de la guerre civile espagnole. Face aux quatre colonnes militaires de Franco qui avançaient vers le camp républicain et anarchiste, on dit à l’époque que c’est surtout grâce à une 5 ème colonne à l’arrière des républicains que le camp fasciste avait triomphé ; on interpréta cette idée de 5 ème colonne par ailleurs comme le général démoralisation, ce qui est plus réaliste mais sans préciser, ce que seule la gauche communiste maximaliste dénonça, la transformation de l’insurrection des ouvriers en guerre entre camps bourgeois. En ce sens il y eût bien une cinquième colonne… stalinienne, qui se chargea de massacrer les ouvriers révoltés anarchistes ou pas, à la place de Franco. La notion de cinquième colonne peut être vue aussi comme des poupées russes. Eugen Weber rapporte le témoignage de Eduardo Aunôs, fin 1936, déclarant que la réaction franquiste « s’était cristallisée autour de l’opinion contre-révolutionnaire française, conduite par Maurras »10.

 

Historiquement nous pouvons l’affirmer avec des exemples irrécusables, ce sont des fractions bourgeoises qui sont à chaque fois une cinquième colonne, pas traîtres à leur classe mais prêts à se mettre au service de l’ennemi si la révolution menace. Honneur à la Commune de Paris de rappeler que lors de la semaine sanglante, c’est la « 5 ème colonne » de Thiers et ses bouchers versaillais qui fit le boulot des envahisseurs « teutons ». A la fin des années 30, il y a bien une cinquième colonne de l’hitlérisme en France dont les caïds sont Doriot et Pétain. Au moment de la signature du pacte germano-soviétique, la 5 ème colonne de l’impérialisme russe c’est le PCF, qui permet de faire plier le genou au prolétariat face à la guerre qui venait ! Et il la restera pendant toute la guerre froide. L’identité nationale est désuète par le fait de l’apparition partout de « cinquièmes colonnes ». La nation est morte parce que le cynisme est devenu royal !

 

L’islamo-gauchisme n’est à son tour qu’une énième « cinquième colonne ».

Lénine dit des réformistes et des anarchistes, grands admirateurs de la civilisation bourgeoise «Le petit-bourgeois mis hors de lui par les horreurs du capitalisme, c’est là un phénomène social propre, comme l’anarchisme, à tous les pays capitalistes ».

 

En 2014 j’écrivais ici (mercredi 30 avril 2014) :

«LA PETITE BOURGEOISIE NE VEUT PLUS TOMBER DANS LE PROLETARIAT »

 

La petite bourgeoisie est une classe anxieuse par nature, qui est stressée dès qu’elle se rapproche des 1850 euros médians. Il est loin le temps où les enfants des couches moyennes s’imaginèrent « jouir sans entraves ». Mai 68, personne ne l’a dit clairement, avait vu les enfants de la petite bourgeoisie tomber (fugacement) dans le prolétariat, mais en s’imaginant à la tête des prolétaires, pas à leur traîne. Cette chute dans le bassin prolétarien n’avait pas entraîné une purification des corps et des âmes, ni un adoubement par les damnés de la terre industrialisée. Les progénitures petites bourgeoises gardèrent leurs tics d’éducation extérieure. Ils se devaient de conserver leur rang social comme leurs pères et ne se conçurent que comme donneurs de leçons aux bases salariales. Leur culture politique limitée à un survol de Bakounine, Staline, Lénine et Trotski conféra à leurs discours d’AG estudiantines un efficace training à leur future carrière de managers du PS, de professeurs d’Université et de cadres de services publics. La plupart entrent désormais dans la catégorie des retraités salariés les plus aisés, grands bénéficiaires de la révolution mitterrandienne et jospiniste. En Angleterre et en France on trouve en général les hôtels pleins de ces têtes chenues de rentiers de la révolution qui s’étendit du boul Mich’ aux résidences en Méditerranée et qui végètent dans l’espoir d’un loisir rentier infini.

 

La petite bourgeoisie s’affole face à la crise des caisses de retraite et y voit une remise en cause de son confort en fin de carrière. Peu de caisses de retraite sont nées d’initiatives ouvrières. Aux beaux jours du syndicalisme révolutionnaire, les militants ouvriers étaient hostiles à l’idéologie de prévoyance sociale, très vite récupérée par le patronat, car détournant les travailleurs du projet révolutionnaire en favorisant le repli sur la vie familiale.

 

Je partage avec N.Sarkozy ce dégoût pour cette population bobo (pas pour les mêmes raisons certes), qui, occupant les deux tiers des grandes cités, empêche la droite caviar de rafler la mise. Les pires ne sont pas souvent ceux qui occupent le haut de la galerie mais cette couche moyenne inférieure composée des intellectuels ratés des cryptes trotskiennes et de l’ultra-gauche qui, piteusement, se revendiquent encore d’une vague révolution. Ils restent mécontents, non pas que la révolution n’ait pas eu lieu, mais d’être remisés au rang des couches inférieures de la société, sans pouvoir prétendre dicter leurs conditions aux ouvriers et à leurs progénitures émeutières.

 

Ce milieu hétéroclite d’échoués intermédiaires du système a cru brièvement en un changement radical et rapide à leur profit en supposant prendre la tête de la classe ouvrière (aux deux sens du terme). Face à l’apathie méfiante de la classe ouvrière, le rêve de pouvoir a viré au cauchemar mitterrandien : ils s’affirmèrent encore comme un tampon amortisseur entre bourgeoisie et prolétariat, sous couleur verte et bio. Le syndicalisme, sponsorisé ou gratuit, leur sert à marginaliser les ouvriers dans leurs luttes et à prétendre disparue l’identité prolétarienne au profit d’une citoyenneté de pacotille.

 

Cette petite bourgeoisie politique intellectuelle sent désormais le rance aux côtés de la petite bourgeoisie artisanale archaïque et raciste. Elle est assez représentative de l’aspiration vers le haut de la hiérarchie sociale d’une masse importante de la population autochtone qui a entraîné un appel d’air pour une immigration peu qualifiée, permettant même à une mince couche de la classe ouvrière de se prendre pour une « aristocratie ouvrière » syndicaliste et enseignante, soluble dans les couches moyennes inférieures.

 

Les jeunes des couches moyennes ont cessé d’être des acteurs politiques de premier plan des sixties, puisqu’ils ont vieilli. Dès les années 1980, l’âge moyen du représentant syndical et politique était de 45 ans, puis de 59 ans en 2000. Malgré quelques leaders des mouvements étudiants petits bourgeois successifs jusqu’au CPE, voués à un avenir de caciques du parti bourgeois PS, et excepté le pâle Besancenot, la vie politique reste rythmée par des « vieux » politicards. Les jeunes prolétaires ou étudiants ne retrouvent leur voix subversive qu’en temps d’émeutes et de révolutions.

 

Le déclassement social qui frappe à la fois les enfants de la classe ouvrière et ceux des couches petites bourgeoises ne les montre pas encore prêts à remettre en cause l’ordre politique et social bourgeois »11.  Ce qui est frappant dans toutes les définitions officielles de la fameuse et fumeuse « cinquième colonne » est que toutes semblent convenir que c’était une blague. Or la bourgeoisie dominante et ses multiples officines ont toujours eu pour règle d’or de mentir et de mentir même effrontément, comme de s’ingénier à poser des rébus invraisemblables pour continuer à nous faire passer pour des crétins et le peuple et à la fois le prolétariat. Le petit prince de Nice Estrosi avait soulevé l’émotion de tous les cartels politiques en 2015 et se fit carrément traiter de « facho » pour avoir osé utiliser le terme dans son sens propre12.

 

L’énorme soutien financier de la gauche islamo-écolo de Strasbourg à la halle à islam de Erdogan, pourrait tomber sous cette accusation si l’on croyait au complot en toute occasion dans l’actualité. Même pas, les élus verts comme les gauchistes en général ne sont que des dindons de la farce, et des sectes islamistes ignobles comme Millî Görüs . Ils sont utilisés comme d’ailleurs l’extrême droite française des années 1930 était utilisée par Hitler. Du point de vue raciste et dogmatique, les ligues de l’extrême gauche actuelle montrent de nombreuses ressemblances avec cette extrême droite des années 1930 : mépris du prolétariat, lutte antibolchevique (Napoléon et Lénine étaient racistes…) langage obscur de moralité convenue (islamophobie, ); comme pendant l’Affaire Dreyfus, langage hyperbolique, langage religieux de la mystique islamiste, langage qui se veut indéchiffrable, langage de l’horreur et de la haine, à l’unisson de ce qui régente les « échanges » sur les merdiers sociaux : exalter l’individu omnipotent et le désigner comme cible à tuer s’il ne suit pas « les règles » édictées par l’orga religieuse.

 

Plusieurs facteurs expliquaient la floraison et le succès des organisations d’extrême droite des années 1930 et ils étaient du même ordre que ce qui explique la « compensation islamique » de l’extrême gauche actuelle : la fin de leurs illusions politiques gauchistes tiersmondistes la déception sinon la rancœur des anciens combattants anarchistes des sixties, la peur du rejet électoral provoquée par leur discrédit des années mitterandiennes, la montée du populisme, l‘impuissance des grèves à se généraliser, des révoltes fugaces ou incontrôlables (Nuit debout, Gilets jaunes). L’idéologie islamiste plaît d’autant plus aux gauchistes qu’elle exalte comme eux la violence en soi, l’obéissance à l’encadrement de « l’orga », aux obsessions de l’orga et à l’orgasme des défilés fétichistes. Avec le recul, nous pouvons aussi juger de la trajectoire du gauchisme soixantehuitard comme une illustration de la moderne « cinquième colonne ». La colonne vertébrale principale venait du trotskisme dégénéré prenant partie dans la guerre mondiale pour le camp impérialiste russe puis « démocratique », puis avec les collabos du FLN (porteurs de valises), puis le soutien à toutes les dictatures des « libérations nationales » fictives et dérisoires. N’épiloguons pas sur leur adhésion à tous les révisionismes de la petite bourgeoisie (féminismes, écologismes, antiracismes, indigénismes, etc.), ils continuent à collaborer à la principale cinquième colonne de l’Etat bourgeois, les syndicats gouvernementaux.

 

Désolé d’aggraver le parallèle mais le découpage de leurs « orgas » est similaire à celui des dits « fachos » d’avant-guerre : cellule féministe13, cellule écologique, cellule transgenre et on en passe. Le tout sur le modèle « multiculturaliste » américain comme Valois copiait Mussolini avec ses faisceaux.C’est le 11 novembre 1925 que « Le Faisceau » est créé par Georges Valois, ancien anarchiste, devenu royaliste. Il se revendiquait ouvertement du modèle fasciste mussolinien et entendait faire la synthèse du nationalisme et du socialisme (comme nos gauchistes ou mélenchonistes actuels prétendent faire la synthèse (électorale) de l’islam et de la gauche bourgeoise. Valois visait à instaurer une dictature nationale au-dessus de toutes les classes sociales, avec un chef proclamé par les combattants et acclamé par la foule, comme le rêve ce pauvre Mélenchon toujours pas adoubé par les résidus du parti stalinien. L’orga de Valois se décomposait en quatre Faisceaux (le Faisceau des combattants ou légions, regroupant les anciens combattants de la Première Guerre mondiale (pas de 68)  et des guerres coloniales (pas de Castro), organisés en compagnies, sections et groupes ; le Faisceau des producteurs, composé de corporations ; le Faisceau des jeunes avec les Jeunesses fascistes ; le Faisceau universitaire).

 

La mémoire de la gauche bourgeoise reste sélective, voire du même acabit que l’effaceur stalinien ou trotskien. Le Monde à la pointe dans la défense de l’islamo-gauchisme envoie son pigiste Jean-Baptiste Fressoz, paraît-il historien, maquiller la passé gauchiste. Avec « Il y a cinquante ans « le gauchisme pro-arabe », Fressoz maquille la politique réactionnaire des gauchistes. Il laisse dans l’ombre leur soutien aux diverses dictatures algérienne, castriste et aux khmers rouges, tout comme à la « révolution iranienne » (dixit Foucauld) pour nous décrire leur action charitable envers les ouvriers immigrés : « Il y a cinquante ans, des groupes d’extrême gauche et plusieurs intellectuels s’étaient vu reprocher leur soutien aux travailleurs algériens, érigés en boucs émissaires de la montée du chômage, rappelle l’historien Jean-Baptiste Fressoz dans sa chronique au « Monde » (…) Face à cette mobilisation de la gauche contre le racisme, l’extrême droite française des années 1970 ne parle pas encore « d’islamo-gauchisme » mais de « gauche arabe » ou de « gauchisme pro-arabe ». Cinquante ans plus tard, l ‘ « islamo-gauchisme » réactive des amalgames forgés pendant la guerre d’Algérie et la crise économique des années 1970. Il modernise le discours de l’ennemi intérieur en y injectant un élément religieux post 11 septembre. Rien de bien neuf donc, hormis la focalisation sur l’enseignement et la recherche. Faute d’ennemis précis et célèbre, l’extrême droite s’en prend à l’université en général, au sein de laquelle les minorités ethniques et/ou religieuses (sic) sont pourtant sous-représentées (re-sic) ».

 

Triste défense de l’indigénisme et des préceptes dogmatiques et islaminguants imposés par une minorité de néo-khmers rouges à l’université. Fressoz ment et ment résolument de confondre les deux périodes avec un saint gauchisme faisant la charité aux immigrés (j’y étais dans ces événements et j’ai vu comment les petits chefs gauchistes utilisaient les immigrés pour leur propre carrière et comment ils les laissaient tomber une fois les lampions des journalistes éteints. L’extrême droite était plus présente vu la proximité de la guerre d’Algérie, et les immigrés n’avaient pas encore amené leurs familles et fait construire des mosquées un peu partout…

 

Une tribune, publiée par le même « cercle de la gauche disparue », nommé naguère par nous « L’iMMonde », dénonce les appels à dissoudre le syndicat étudiant et condamne les propos récents de Jean-Michel Blanquer. Un soutien qui ne masque pas l’embarras éprouvé par beaucoup d’anciens face aux pratiques actuelles de la gauche bobo et démago. Aujourd’hui c’est le faisceau universitaire islamo-gauchiste qui a pignon sur fac et qui trouve normal avec ses souteneurs du « beau monde » comme Fressoz de faire sa loi !

 

Mélenchon soutient le racisme contre les blancs de l’UNEF. Avec ce soutien ridicule il fait automatiquement baisser ses chances pour sa candidature pour la présidentielle en 2022 ; il ne restera qu’un « groupuscule négociant son pouvoir de nuisance », selon ses propres termes. Son argumentaire à de quoi faire sourire, arguties d’épicier électoral : « Quand des alcooliques anonymes se réunissent, c’est en haine des non alcooliques ? Quand des femmes se réunissent, c’est en haine des hommes ? Bien sûr que non. » « C’est une idée raciste de dire que quand des noirs se réunissent, c’est en haine des blancs », « N’intériorisez pas leur critique, a-t-il conseillé aux étudiants. Elles sont injustes, absurdes et elles sont fondamentalement antisyndicales ».

 

Zemmour a eu tort de dire de Mélenchon, qu’il choye pour ses accointances chauvines, ne se rend pas compte de ce qu’il défend. Si ! il se rend parfaitement compte, et avec cynisme en cuisine, qu’il défend les « groupes de paroles »14 des « particularistes racialistes », l’islam et les indigestes de la République pour raisons électoralistes. Pas besoin d’interdire cette merde de syndicat à bobos « multiculturalistes» et surtout islaminguants (soutien au port du voile), l’UNEF, il faut le laisser dans son bourbier chronique et lui supprimer les subventions publiques (600.000 euros par an).

 

Le cercle des trotskiens disparus, le NPA, fait sa surenchère hystérique habituelle pour étudiants attardés avec le même simplisme antifasciste et l’horreur névrotique des concurrents de droite :

« Depuis, c’est à une surenchère raciste et réactionnaire que l’on assiste : Éric Ciotti qualifie l’UNEF d’ « avant-garde de l’islamo-gauchisme en France » et demande la dissolution du syndicat, rejoint par d’autres représentants de la droite extrême et de l’extrême droite. Christophe Castaner a dénoncé un « un clientélisme indigéniste exacerbé totalement scandaleux » et, le 19 mars, c’est le ministre Jean-Michel Blanquer qui a osé parler de « choses qui ressemblent au fascisme »

 

Cette nouvelle offensive contre l’UNEF s’inscrit dans la foulée de précédentes campagnes du même type et se déroule dans le contexte de la pathétique polémique sur l’« islamo-gauchisme » qui « gangrènerait » les universités (…) Tous les prétextes sont bons pour s’en prendre aux militantEs progressistes et antiracistes, et le gouvernement porte une lourde part de responsabilité dans cette énième campagne haineuse. Il est d’ailleurs pour le moins scandaleux de voir un pouvoir menant des politiques racistes, notamment à l’égard des migrantEs et des sans-papiers, et dont le projet de loi « séparatisme » jette la suspicion sur l’ensemble des musulmanEs, se poser en défenseur de l’égalité des droits et en chantre de la lutte antiraciste. Sans même parler de l’extrême droite qui joue la surenchère… Le NPA continuera de dénoncer le racisme d’où qu’il vienne, et se tiendra aux côtés de toutes celles et tous ceux qui luttent contre le racisme et refusent de se laisser intimider par les amalgames et les calomnies réactionnaires.  Montreuil, le 19 mars 2021 15

 

La conscience gauchiste est basée sur la pitié, pas la considération de l’autre. L’extrême gauche actuelle occupe le même espace contestataire et provocateur que l’extrême droite droite des années 30, elle est bien la nouvelle cinquième colonne, avec la même logique lénino-stalinienne : ils pensent « à la place de », c’est ce qu’on a toujours dénoncé comme substitutionisme dans le milieu réellement révolutionnaire. Mais qu’ils pensent ce qu’ils veulent, du moment qu’ils restent en dehors du prolétariat, on s’en fiche.

 

UNE TRAMBOUILLE ELECTORALE QUI NE CONCERNE PLUS QUE LES DIVERSES CUISINES POLITIQUES

 

La rhétorique poussive et usée jusqu’à la corde du « faire barrage à l’extrême-droite » ne sert que d’os à ronger pour les cliques militantes et les fonctionnaires des partis. Il n’y a plus  vraiment ni d’extrême droite ni d’extrême gauche, exceptés quelques fadas ultra-minoritaires. Après l’intrusion de huit zigotos de l’Action française dans un Conseil régional, une certaine Carole Delga a eu droit à un qualificatif cuisinier. Et on se marre quand ces bourgeois s’accusent mutuellement de « favoriser » le « fâchisme »! Quelque peu critique sur l’UNEF, la cuisinière Delga s’est vue qualifiée par le mangeur d’homme Mélenchon de « reprendre les slogans de l’Action française »: Mélenchon, qui a un vocabulaire limité, taxe donc tout le monde de « passe-plat », journalistes véreux comme confrères concurrents de la bourgeoisie socialiste.

 

«Elle n’est pas une digue [de l’Action française] mais un passe-plat», a accusé sur Twitter Jean-Luc Mélenchon samedi 27 mars. Dans sa ligne de mire, Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie. Il a ainsi répondu à un tweet de la femme politique qui invitait l’UNEF à «cesser de monter les gens les uns contre les autres, au risque de générer une société d’ennemis» car seul le rassemblement des Français autour des «droits et valeurs de la République» permettra de faire reculer «le racisme, l’antisémitisme et les discriminations».

 

Carole Delga, présidente PS d’un Conseil régional est un lieutenant de Vals, l’aile droite du PS, revenue des chansons iréniques et électoralistes sur l’immigration rédemptrice des péchés colonisateurs français, ne peut laisser la gauche islamiste des indigestes de la République faire s’effondrer tout « l’électorat de gauche » avec les agités du bonnet du veux milieu trotsko-stalinien, même s’ils n’ont plus guère de chance d’inquiéter la droite et le macronisme.

 

Si Mélenchon a fait entendre un bruit de casseroles , les bobos verts se sont tournés vers la juridicisation à l’américaine: « En accord avec le Bureau exécutif et Jeanne Barseghian, maire de Strasbourg, EELV va déposer plainte pour diffamation contre Marlène Schiappa et Gérald Darmanin », a déclaré Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, dans un discours au Conseil fédéral. « Nous avons pris la décision hier (vendredi) soir et la plainte sera déposée dans le courant de la semaine prochaine », a précisé le petit caïd régional des Verts.

 

« Gérald Darmanin, le ministre des cantines scolaires, a accusé la majorité EELV, dirigée par Jeanne Barseghian, de ‘financer une ingérence étrangère sur le sol’ français. Sa ministre déléguée a de son côté, affirmé que EELV pactisait avec l’islam radical’. En cause : l’adoption lundi d’une subvention à la construction d’une mosquée », a rappelé le secrétaire national.  En fait le gouvernement n’est pas plus clair que les bobos verts (de rage); tout n’est en réalité que cuisine électorale. Et tous ils ne s’aperçoivent pas qu’ils sont ridicules. En soi, formellement tous ces cuisiniers sont « traîtres à la France » comme le leur jette à la figure le petit cercle Action française: Mélenchon roule en général pour tous les dictateurs du tiers-monde, et pourquoi pas pour Erdogan, et les Verts ne sont que les serpillières de l’idéologie américaine, voire pro-allemand. Laissons-les se quereller dans leur microcosme étroit et continuons à défendre les intérêts du prolétariat « international ».

 


NOTES

  1. Qui sait qu’il doit agir en direction de tous les « découpages électoraux », piquer des électeurs au RN mais aussi aux banlieues islamisées. Ainsi a-t-il fait lancer un sondage par le Figaro pour demander s’il ne serait pas utile de faire revenir Benzéma en équipe de France, faisant repousser en catimini le procès dont il devait faire l’objet en ce début d’année pour chantage grossier et menaces qui a surtout aboutit à briser la carrière de la victime Valbuena (que j’ai soutenu personnellement). Médiapart a-t-il fait pression sur Macron ?, après avoir produit l’amalgame antiraciste foireux : « L’histoire de Karim Benzema revient à la Une de l’actualité à la faveur de l’histoire de George Floyd et de ce questionnement des actes racistes et xénophobes qui marquent l’espace public. Beaucoup se posent la question, ces derniers temps, à propos de la non convocation de Benzema en équipe de France ». Hélas on s’est majoritairement prononcé pour un « non définitif » contre le petit caïd des stades religieux.

2) Cf. L’excellent ouvrage de Eugen Weber « L’action française » (1962 et publié en français chez Fayard seulement en 1985).

3) L’Allemagne n’a jamais varié dans sa politique en direction des zones islamisées du Kaiser à Merckel. En 1890, Guillaume II avait lancé sa Weltpolitik. En 1898 il appelait à « l’amitié de trois cent millions de mahométans ». Les nazis réactiveront cette « amitié » après l’humiliation de 1918, se servant du levier identitaire de l’islam pour renforcer leurs visées en Inde ; chacun sait que le Mufti de Jérusalem avait lancé un appel en faveur d’HItler et qu’il reste une photo mémorable de la rencontre « amicale » des deux dogmes.

4) H.Laurens : Le grand jeu, Orient arabe et rivalités internationales depuis 1945. Ed Armand Colin 1991. Et O.Roy : La nouvelle Asie centrale, 1997.

5) Dans le chapitre « Les fondements nationalistes de l’internationalisme soviétique » (p48) de l’ouvrage collectif autour de Taguieff – Nationalismes en perspective (Berg 2001) est souligné déjà la prédominance de l’idéologie multiculturaliste américaine : « La majeure partie des études sur le nationalisme en Union soviétique a été réalisée par des chercheurs américains qui ont forgé la notion de « politique soviétique des nationalités ». Cette notion permet de mettre l’accent sur l’élaboration d’une hiérarchie entre les nationalités, qui est déterminante dans l’attribution de droits politiques. La pensée multiculturaliste aux Etats-Unis semble avoir influencé une approche de l’Union soviétique qui insiste davantage sur les différences nationales que sur les processus d’unification sociale et culturelle (…) La politique d’indigénisation (sic ! jlR) (korennizacia) c’est à dire de traitement préférentiel des nationalités titulaires sur leur territoire, peut être assimilée à un programme d’affirmative action (discrimination positive).

6) Paul Zawaddzki dans l’ouvrage collectrif de Taguieff : Nationalismes en perspective, p.266. L’auteur développe de façon convainquante l’apparition et le développement de la notion de « religion politique » à la veille de 39-45, l’apparition d’un « nouveau pouvoir : celui de la pensée mythique », c’est à dire qui n’a pas attendu les remuggles de l’islamisme à la fin du XX ème siècle : « … Aron exprimait la conviction que ces nouvelles « religions du salut collectif » restent néanmoins « rongées dès l’origine par une secrète incroyance ». Cf. p.268 à 280.

7) Dans sa durée, la guerre de 14-18 est une succession de marchandages secrets et de compromissions entre cliques capitalistes et religieuses rivales. En janvier 1915, un membre de la 5ème colonne anglaise (en quelque sorte bien avant l’invention des termes en 36 en Espagne), un capitaine britannique, qui est un agent politique du Koweit, tente de gagner le soutien du clan Saoud pour une expédition en Mésopotamie… Ce que la bourgeoisie anglaise veut c’est une légitimité islamique pour maintenir la majorité des musulmans dans leur camp… Les marchandages seront encore plus obscurs lors du partage des dépouilles de l’Empire ottoman.

9) Comme la bousculade d’à peine huit activistes de l’Action française au conseil régional de Toulouse, hystérisée par la cervelle à islamo-gauchistes, Libération, tempête dans un verre d’eau pour mettre en valeur l’arabe de service du PS, bébé Ségolène Royal vice-président arriviste de ce machin : Kamel Chibli, cet inconnu qui a conquis Ségolène Royal (nouvelobs.com) . Libération comme Le Monde et Médiapart dénoncent « islamophobie » et menaces racistes à tour de bras mais jamais les bien plus nombreuses menaces et agressions d’enseignants, de la petite Mila ou de tous ceux et celles, qui affirment la laïcité rationnelle, par des familles islamisées et arriérées ou telle bande de racailles et dealers. Et partout en Europe : Nadia Geerts : « Certains de mes collègues ne me défendent pas, à cause de mes conceptions laïques » (marianne.net) . La sixième colonne Libération affiche son parti-pris simpliste sans cesse . Avec un résumé insultant et simpliste, voilà un exemple type de résumé propagandiste du journal collabo Libération : « Désorganisée mais mortifère et raciste. Voilà en substance les caractéristiques de la violence d’extrême droite telle qu’elle est analysée dans l’ouvrage collectif Violences politiques en France. De 1986 à nos jours (éd. les Presses de Sciences-Po), paru jeudi, qui s’intéresse à l’intégralité du spectre des agressions, dégradations ou morts motivées idéologiquement. Un livre riche construit à partir de l’analyse d’un «carottage» conséquent, mais qui ne prétend pas à l’exhaustivité, avec plus de 6 000 faits perpétrés en France au cours des trois dernières décennies, dont plus de 1 300 par les seuls extrémistes de droite. Agressions, affrontements, dégradations, homicides, attentats : s’appuyant sur le programme de recherche Vioramil (Violences et radicalités militantes), qui a documenté ces milliers de faits ». Peut-être mais pourquoi Libération ne promeut-il pas une étude du même ordre sur les massacres bien plus nombreux de l’islamisme au cours des dernières années, et le comportement violent et excluant des ghettos arabes, le mépris de la police et des institutions françaises ?

Cf. L’Action française, p.420.Et lire p. 421 : « La France, seule grande puissance qui eût une frontière commune avec l’Espagne, fut immédiatement consultée pour l’achat d’armes, de munitions et d’avions. C’est là peut-être que l’Action française contribua de la façon la plus efficace à la victoire des nationalistes, car son hostilité à toute aide à l’Espagne empêcha effectivement toute livrauison importante à l’armée républicaine ». On peut en déduire ceci que toutes les oppositions politiques à tel ou tel gouvernement, LFI comme RN, ont forcément à un moment donné l’oreille du gouvernement et que les tractations dans l’ombre ne sont pas une nouveauté de la politique religieuse moderne et satanique!+

Le maire de Nice lors des régionales de 2015 avait évoqué une « troisième guerre mondiale » déclarée à « la civilisation judéo-chrétienne » par « l’islamo-fascisme ». La « classe politique » tira à boulets rouges sur le maire de Nice qui avait évoqué « une cinquième colonne islamiste » en France, dimanche sur France 3. À gauche, le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s’est dit « très inquiet du cours néofrontiste de l’aile Sarkozy-Ciotti-Estrosi de l’UMP ». Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, et le chef des députés socialistes, Bruno Le Roux, ont également dénoncé ses propos.

À droite, certains comme Valérie Pécresse et Gérard Larcher les ont imités, l’une contestant les termes, l’autre se disant carrément « choqué » par leur utilisation. Le Front national, qui a démis Aymeric Chauprade de ses fonctions de conseiller de Marine Le Pen pour avoir utilisé la même expression, a pour sa part sorti l’artillerie lourde : Florian Philippot a dénoncé « l’outrance verbale » du maire de Nice. À tel point que le président de l’UMP Nicolas Sarkozy a dû couvrir les arrières de son vieil ami surnommé « le motodidacte ». Malgré cette polémique, Christian Estrosi, coutumier des déclarations-chocs avant les élections, maintient sa position. Il « persiste et signe » sur Twitter. Beaucoup semblent aujourd’hui donner raison à Estrosi, avec retardement mais avec raison ! Et plus superficiel : D’où vient l’expression « cinquième colonne » employée par Estrosi ? (lefigaro.fr)

Encore aujourd’hui Jeannette Laot se félicite du souvenir tragique et indélébile des débuts de l’idéologie féministe petite bourgeoise de cloisonnement de la lutte de classe.

Bureaucrate de la CFDT, secrétaire générale adjointe de ce gang syndical, elle est devenue présidente du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC), et le bureau national en a pris acte. Pas mal pour une organisation fortement marquée par la culture chrétienne Notre combat principal a été de créer dans l’organisation des lieux où la parole des femmes travailleuses pourrait s’exprimer librement. Nous avons mis en place une commission « travailleuses » au niveau confédéral, et des sessions de formation et d’échange non mixtes. Cela n’a pas été facile. Nous étions accusées de briser l’unité de la classe ouvrière, sans doute censée être incarnée dans l’organisation syndicale. C’était la version 1970 de l’actuelle accusation de séparatisme. Nous nous sommes battues, et parce que le MLF existait alors, nous avons gagné.Notre première session de formation non mixte me laisse un souvenir tragique et indélébile. Nous étions une trentaine de femmes. Trois d’entre elles avaient été envoyées par leurs structures hostiles à la « non-mixité » pour nous « ramener à la raison ». Les travailleuses ont commencé à raconter leurs conditions de travail comme elles ne l’avaient encore jamais fait. Je raconte une seule expérience, celle des ouvrières d’une usine textile dans le Nord, à proximité d’un bassin minier. Elles étaient majoritairement des filles de mineurs.

Réunions qualifiées heuristiquement de « non-mixités » par le NPA, mais en réalité « réunions interdites aux blancs », Hitler lui avait « interdit les réunions aux juifs » puis prévu de les exterminer. Le coran lui préconise depuis bien plus longtemps de zigouiller tous les non croyants !

 

8 réflexions sur “LES ISLAMO-GAUCHISTES NOUVELLE 5ème colonne?

  • 2 avril 2021 à 3 h 14 min
    Permalien

    @ G Bad,

    Ça fait un bail que j’ai presque coupé le cordon avec la politique en France… a cause de tout cela en partie ! ça fait plus de vingt ans qu’on patauge dans ces mêmes merdes et débat en France, et en cause… on ne sait plus ou presque, mais on devine qu’il y a de la surenchère partout et qui n’épargne personne ! on estime le nombre de musulmans en France a quoi ? 8.5 millions…dont 3.5 millions de pratiquants (estimé), et encore allez savoir a quoi on estime les pratiquants, tout comme on estime qu’il y aurait plus de 30 millions qui se définissent chrétiens, et 11.5 millions qui se disent cathos !… et l’on nous parle tout le temps de natalités en chute libre parmi les français de souche, et d’explosion démographique des arabes et musulmans ! …. le truc est que depuis l’apparition des mosquées et des projets relatifs a leur constructions, l’hystérie a atteint son summum, aujourd’hui les même stats estimées on ne sait par qui disent qu’il existerait entre 70.000 et 160.000 musulmans pratiquants radicaux en france !…. sachant qu’il faut imaginer les services français tentant de faire des décomptes des arabes qui fréquentent ces vieilles ou nouvelles mosquées via un certain nombre de pratiques ; infiltration des mosquées, collaboration des chefs ou imams des conseils du culte crées par Sarko, barbouzeries en tout genre et surveillance accrue des prisons, lieux par excellence de la radiclisation…

    Dans toute cette histoire, toute cette classe politique française en réalité ferme les yeux et semble ignorer sur leur collaboration étroite avec les dictatures dans ses anciennes colonies… de la ou vient tout le problème ! puisqu’aujourd’hui les pays nord africains et subsahariens, ex colonies françaises  »encadrent » l’islam de leur diasporas en france, en accord tacite avec les autorités françaises, comprendre par la : barbouzeries en tous genre, disputes entre un Maroc et Algérie autour de  »leadership » du conseil du culte sur fonds de rivalités politiques entre les deux pays, et utilisation de ces mosquées surtout comme des chancelleries diplomatiques, ou encore pire, comme des zones de regroupements et de fidélisation aux régimes policiers dans les pays du maghreb, autrement dit, des cellules de propagandes des régimes en place a des fins purement politiques et de maintien du status quo dans ces pays sous l’oeil bien avisé des services français ! récemment le ministre de la justice Belge a carrément accusé le Maroc d’utiliser les mosquées a des fins d’espionnage… ce qui souleva un tollé dans la presse vendu aux pouvoirs au Maroc, et des épisodes similaires accusent l’Algérie de même…. et le plus grave dans tout ceci est qu’il existe des  »théories » que les services secrets de tous ces pays aient fomenté certains attentats en Espagne, en France ou ailleurs… dans le but d’obtenir des contreparties ou pour faire pression sur la justice française afin de ne jamais incriminer les élites et les responsables politiques de ces pays…. (je ne développerai pas plus vu la sensibilité du sujet, et la surveillance qui peut se faire de tous commentaires même ici sur les 7 du Québec… puisque le phénomène de surveillance a explosé et se fait aussi par des citoyens lambda, lecteurs et jamais commentateurs… avec signalement a qui de droit !) :))))…. je tiens a mes vacances au soleil tout de même et ne pas me retrouver avec une bouteille d’orangina dans le cul….qui parait-il est encore très fréquente :))))

    Du coup, je vois l’islamo gauchisme en france comme la continuité et la conséquence normale de la france-afrique en France… puisque presque rien n’a changé depuis De Gaulle et Pompidou, Giscard ou Mitterrand ou encore Chirac et Sarkozy ! pire encore, l’islam pseudo radical et plutôt folklorique connaît une croissance exponentielle en France ces dernières années non pas comme un réseau Al qaida, mais plutôt comme des îlots d’influences politiques auprès des diasporas qui continuent d’être les principaux pourvoyeurs en devises de tous ces pays ! en servant comme je l’ai dit plutôt comme caisses de résonance des discours de propagande a la faveur des régimes et leur intérêts de tout poil!

    Sur le plan politique cette fois, on dirait que les intérêts de 50 millions de français sont toujours occultés pour se focaliser tout le temps uniquement sur un 10 millions de français d’origine maghrébine ou subsaharienne, et pour savoir qui en est le plus proche ou le plus éloigné afin de jauger on dirait toute la validité des programmes et de la vision politiques ! ce qui est totalement absurde ! pendant que cette minorité se marre en effet et s’amuse a voir les gesticulations en tous genre de tous ces pantins et que les procès en diffamation et autres allégations se noient dans le ridicule autour des mêmes thèmes !

    Pourquoi faudrait-il développer une sensibilité extrême a ce sujet a chaque fois qu’un journaliste ou quiconque aborde ce thème de la religion, encore pire lorsque c’est un politicien de seconde classe qui le fasse ?!!! qu’ils le laissent parler et que chacun dise ce que bon lui semble tant qu’on est dans un pays qui garantit un minimum de liberté d’expression tout de même ! les accusations de racisme qui foisonnent justement sont devenu nul autre qu’un moyen de pression politique qui a fini par embourber la justice dans la même merdouille, le législateur tout autant et mener a ces guerres de tranchées entre faux progressistes ou gauchistes caviar et autres politiciens charlatans foireux qui ne cherchent que la première opportunité pour se faire remarquer ou se faire recruter et se remplir les poches ! tout ceci a radicalement changé et transformé la culture politique en france…. pour une poignée de  »religieux’, ou de musulmans, pour la plupart non pratiquants… jusqu’à ce que le contexte international cette fois soumis a la radicalisation islamiste finisse par frapper la pauvre france en plein coeur par les attentats qu’on a vu ! Depuis, la radicalisation dans l’autre sens a aussi fait de grands progrès il faut dire…. sans jamais sortir de ce bourbier  »d’islam » de france, comme s’il s’agissait d’un monstre qui empêche tout le monde de respirer !

    l’islamo gauchisme est une notion qui sera amenée à évoluer et semer la pagaille dans une telle culture politique puisque sur le fond, personne au fond ne joue carte sur table, tout le monde prétend qu’il a des solutions et ne dit pas que la france est aux prises avec sa plus grave crise économique et sociale depuis le seconde guerre mondiale. la france est tout simplement en  »déclin » … j’en parlais encore a Ysengrimus l’autre jour! et je suis navré de le formuler ainsi sans jamais le lui souhaiter, ce déclin en réalité il faut le rechercher dans les structures scientifiques et celles du progrès de la france sur le plan économique et compétitif et sur le plan de son échec de défendre ses acquis sociaux ou en créer et remporter de nouveaux …. la france, même si pleinement intégrée a l’Europe, mais toujours a la mentalité rentière de la France-afrique, de plus en plus limitée et frustrée sur ce front peine à se diversifier à se réinventer, s’adapter, à innover et à trouver à sa jeunesse, immigration comprise, de nouveaux débouchés ! s’a s’arrete là ! si ces politiciens tordu pouvaient uniquement empêcher les meilleurs cerveaux français a s’expatrier encore aux états-unis et ailleurs… ils résoudraient la moitié du problème !

    c’est fou que j’ai a peine posté un commentaire sur l Syrie en parlant justement de mémoire sélective ou de  »conscience sélective » aussi et surtout pour m’insurger contre le nouveau fascisme (dernier billet sur la Syrie), que ton billet est tombé pile poil tout juste après et qui évoque les mêmes phénomènes a peu près ! :)))

    Merci pour le billet G. Bad !

    Répondre
  • 2 avril 2021 à 7 h 49 min
    Permalien

    j’ai arrete de lire quand il a parlé d’islam ‘religion belliqueuse’ !!?? toujours les memes clichés pfff…
    comparé a quelle autre religion ou système politique l’islam est-il belliqueux: aux croisés chrétiens, au fascisme européen ou d’Amérique latine, au communisme maoiste etc…ce ne sont pas les exemples qui manquent dans l’Histoire humaine de système ‘belliqueux’.
    je ne sais pas quel est le message de ce long texte, trop long texte, mais j’ai bien l’impression qu’il ne fait qu’exprimer la haine viscérale du citoyen occidental (judéo-chétien) vis-a-vis de l’islam;
    ‘l’islam a bien préparé aussi la guerre de 1914…’ c’est une blague!!! quand on sait le minage israelo-sioniste que la france subit depuis au moins une centaine d’années, et dont il ne semble pas fait mention ici; qui eux sont véritablement a l’origine de nombreux faits d’histoires. A chacun ses obsessions 🙂

    Répondre
  • 2 avril 2021 à 12 h 23 min
    Permalien

    @ Fatima

    l’auteur de l’article qui n’est pas G. Bad, oeil de faucon mais un certain JLR, et il me semble que je lui ai répondu sur le principal…c’est à dire décrypter cette histoire d’islamo gauchisme qui soit en effet un nouvel outil de propagande (un peu comme l’accusation d’antisémitisme utilisée pour faire taire les français) et de terreur et de chantage intellectuel….le problème étant que les français étant complètement manipulés et traumatisés par ces histoires d’islam, encore pire depuis les attentats, en plus d’ignorer que les tireurs de ficelles soient ceux qui renforcent leur ignorance de l’histoire sur ce sujet….ils ne peuvent que formuler un dégoût profond de cette religion sans en connaître les moindres nuances etc….

    je n’ai même pas voulu aborder ou critiquer donc ces histoires de hitler et mufti de jerusalem etc… ou de 1914…etc, l’auteur JLR se plante royalement, ils ne réalisent même pas qu’avant 1950, a une époque ou il y avait très peu de journaux et de gens lettrés chez nous encore, ni de télé satellite ou de radio, et même pendant la colonisation, l’Islam a été surtout une affaire de classes sociales, d’élites lettrées dans les villes et de Zaouiya dans les campagnes (Marabouts élites dans les campagnes aussi)… pendant que la majorité du peuple vivait dans la faim, l’analphabétisme total et la dictature et ne trouvait même pas de quoi s’habiller ou se chausser ! lorsque le monde arabo-musulman va chuter au 16ème siècle, ceci aura pour effet de plonger ces pays dans la préhistoire, la majorité des berbères comme des paysans, même en s’identifiant a l’Islam ne connaissaient rien de la religion…. que superficiellement, et l’islam politique était une affaire d’intégristes qui se comptaient sur le bout des doigts qui se disputaient le pouvoir… quant a la colonisation, elle se servait des autochtones analphabètes soit pour les recruter dans les armées, parfois les christianiser, s’en servir comme domestiques ou encore pire s’en servir dans les bordels pour l’armée ! l’état des populations du maghreb en tous cas laissait à désirer, pendant que la bourgeoisie et les élites au pouvoir se vautraient dans un islam de castes sociales, et de racisme envers les pestiférés du peuple qu’on achetaient et revendait dans les souks presque ! c’est très simple, depuis la fin 18ème, 19ème et première moitié du 20ème, le monde arabe et le maghreb avait plus de bordels que de mosquées grâce a la colonisation… les moeurs légères et la prostitution étaient des moyens de subsistance dans un contexte de dictatures, de pauvreté extrême, et de mépris du peuple par les soit disant élites religieuses !

    Avec les indépendances, la venue des medias et des radio, tv satellite et journaux en plus de l’arabisation plus tard est ce qui va faire exploser l’islamisation, en plus de la radicalisation par les différents courants salafistes ou le wahhabisme, l’islam politique quoi ! et on y est encore et toujours ! du coup, on se retrouve avec un islam soit folklorique, soit politique et intégriste… et ça, les occidentaux ils ne peuvent pas le comprendre ou l’accepter lorsqu’on veut en plus leur imposer ce phénomène dans le paysage de leur pays ! ….

    Répondre
  • 2 avril 2021 à 13 h 35 min
    Permalien

    @ G Bad,

    Pour résumer, l’islamo gauchisme est une notion équivalente aux accusations d’antisémitisme en france, le tout sur fond de crise sociale et économique jamais vue ou connue de l’histoire récente des français ! la france postcoloniale à fait tout ce qu’elle a pu pour prolonger sa dépendance de la manne France-Afrique jusqu’à maintenant, mais en vain ! les standards sociaux élevés de la France des sixties et des seventies elle ne les devait pas seulement à une industrialisation et de percées scientifiques encore compétitives avec le reste du monde industrialisé, mais en grande partie a cause de la france-Afrique, a tel point que des gauchistes opposants maghrébins et africains disaient posséder des preuves que la france finançait une partie de ses budgets des ces années-là directement des recettes des exportations des phosphates marocains, des hydrocarbures Algériennes et des exportations de bois et de cacao et autres denrées de pays de l’Afrique centrale, et prétendaient que le tout se faisait via des  »comptables juifs » à Paris ! :)))) remarque que les recettes des phosphates au Maroc ne figurent toujours pas dans les budgets depuis toujours, les recettes vont directement dans des comptes en france et en suisse et personne, même pas les grands pontes de la politique locale ne connaissent les ressorts de ces histoires ! Ce qui est sûr est que le trésor français perçoit encore des commissions et des prélèvements sur toutes les exportations de ses anciennes colonies d’une manière et d’une autre…!

    Bref, le problème des politiciens en france est qu’ils mentent tous au peuple ne lui disent pas la vérité depuis 50 ans ! les débats politiques se retrouvent donc systématiquement focalisés et détournés sur les questions superficielles ou secondaires, ou encore diluées dans ces histoires de racisme, islam, immigration etc ! c’est tout bêtement la clé de toute cette histoire, et c’est l’unique clé ui permet de comprendre tout ceci !

    l’autre jour avec Ysengrimus sur son billet a propos d’orthographe française, j’ai carrément osé que la france est une civilisation et une langue en déclin, (après le déclin de l’empire colonial), que la francophonie est ce qui a pu préserver un peu la langue grâce a des réseaux politiques, mais que depuis que les anglo saxons lui ont dérobé la vedette sur le plan scientifique et mondial et pas qu’a elle, aux espagnols aussi, et aux autres, la france recule a grands pas, elle s’appauvrit et se recroqueville sur elle-même de plus en plus (c’est tout de même normal…non ?)… bref, on tombe ici dans l’histoire des empires, et du cycle de vie de ses derniers… la roue de l’histoire qui tourne…., et aujourd’hui, les français, parfois conscients et souvent inconscients pestent contre tout ceci, ils ne réalisent pas que  »la grandeur » de la france n’est plus qu’une affaire d’Histoire et de manuels littéraires et de moins en moins scientifiques ! et comme on sait depuis 40 ans au moins, il n’existe plus de bibliographie et de documentation qu’en anglais dans toutes les disciplines scientifiques…

    les français donc ont l’impression que leur gouvernements leur cachent le magot, ils ne les croient plus sur quoique ce soit, car les élites françaises et les politiciens de droite et de gauche continuent de parler de la France encore comme d’un empire vivant et en pleine forme ! lorsque vous voyez encore des français expatriés dans les anciennes colonies a travers le monde entier, en afrique, en amérique latine, caraibes, dans l’océan indien et ailleurs en asie et en océanie, et des ferry ou des bateaux assurant les liaisons et l’approvisionnement encore en marques françaises, en gendarmes et en services publics de la métropole, vous vous dites en effet la France est encore un empire, mais en réalité les caisses de la France sont vides depuis 50 ans, et le pays a pris coup sur coup et c’est pas encore terminé ! la débandade des syndicats devant un patronat qui végète lui aussi en dit long sur cette histoire pendant tout ce temps… et beaucoup de gens comme moi arrivent tout simplement pas à comprendre comment la classe politique française continue de gérer le pays en se basant sur des  »espoirs » et des gros conglomérats français dont le périmètre d’influence et de capitaux rétrécit comme peau de chagrin lui aussi !

    je crois qu’il faut en finir avec les discours à la con sur les  »acquis sociaux » du prolétariat ou des travailleurs en france…que les gouvernements successifs n’ont fait que vouloir maintenir grâce a une aggravation de la dette publique, de l’inflation et du recours a la planche a billets aussi… ! et se concentrer sur le principal, sauver les meubles, et opérer des changements radicaux dans les mentalités surtout… peut-être y aurait-il une chance de rattrapper le train, et cesser d’enfumer le peuple avec ces histoires d’immigration et de religion de minorités exclues a la base ! bref…

    Merci G. Bad !

    Répondre
  • 2 avril 2021 à 18 h 11 min
    Permalien

    Long, répétitif et ennuyeux… la moitié aura suffi de nous “convaincre” des derniers Mohicans !!!… ou d’une rare survivance de scribes convaincus encore d’un renouveau possible de la classe prolétaire a la mode de Lénine-Staline-Khroutchev en ce début du 21 Siècle… même les Chinois copieurs du dogme communiste l’ont répudié en pratique par étapes depuis 1971… mais restent statique sur l’ABC de l’idéologie et propagande « communiste » comme ciment-superstructure du régime de la dictature du PCC et sa nomenklatura .
    L’équipe US de Biden cherche inlassablement une opportunité du calibre du bourbier d’Afghanistan en grande échelle pour noyer la grosse baleine chinoise, illico presto comme l’URSS… ses prémices-débuts, la projection chinoise imprévu a l’Ouest sur le bord du Golf arabo-persique via le Pakistan et l’Iran des Mollahs…
    Ah… ce Biden, malgré ses trébuchements, tiens encore la route !…

    Répondre
  • 3 avril 2021 à 1 h 54 min
    Permalien

    LEPEN en 1958
    Je prétend que dans la masse musulmane il y a une profonde aspiration à faire partie d’ une entité nationale

    « J’affirme, que dans la religion musulmane rien ne s’oppose, au point de vue moral, à faire du croyant ou du pratiquant musulman un citoyen français complet. Bien au contraire. Sur l’essentiel, ses préceptes sont les mêmes que ceux de la religion chrétienne, fondement de la civilisation occidentale. D’autre part, je ne crois pas qu’il existe plus de race algérienne qu’il n’existe de race française. Il y a une collectivité que les us et coutumes ancestraux séparent à la fois du monde moderne et de la collectivité d’origine métropolitaine. Aux musulmans, offrons l’entrée et l’intégration dans une France dynamique, dans une France conquérante. Au lieu de leur dire comme nous le faisons maintenant : « Vous nous coûtez très cher, vous êtes un fardeau, disons leur : nous avons besoin de vous. Vous êtes la jeunesse de la nation.  » jo du 28 janvier 1958 voir ci dessous

    http://4e.republique.jo-an.fr/page2/1958_p309.pdf?q=28+fevrier+1950

    Répondre
  • 4 avril 2021 à 1 h 21 min
    Permalien

    Salut SAM

    Pour moi et d’ autres,l’islamo gauchiste est un non sens, l’ islamophobie pourrait très bien être assimilé à de l’ anti-sémitisme depuis que les sionistes considèrent que d’ être anti-sioniste c’ est de l’ anti-sémitisme caché. Ce qui dans certain cas n’ est pas entièrement faux.

    L’ islamo gauchiste est une manière détournée de la droite et de l’ extréme droite, d’ attaquer les organisations comme le NPA et Mélenchon1, qui ont bien compris que derrière l’ anti-islamisme pouvait se cacher le racisme. Mais ils se sont piégés le cul tout seul, quand les frères musulmans sont venus dans leurs manifestations.

    Nous avons soutenu les palestiniens assez longtemps, mais nous ne voulions pas manifester avec eux sous le drapeau palestinien , les communistes les vrais ne luttent pas pour la patrie toujours bénite par les religions. Nous nous battons pour la libération sociale au niveau planétaire.
    Quand le Hamas a pris de l’ importance ( favorisé selon des dires par Israël) comme d’ ailleurs les « bons » terroristes d’ Al- Nosra. Quand la guerre Irak Iran a préparé le lessivage de toutes les grandes figure du panarabisme au profit de l’ islamisme (sunnite et chiite) soutenu en sous main par les USA. Nous avions compris qu’il n’y avait plus rien à faire dans cette région, la messe était dite, et les cadavres allaient s’ empiler encore pendant des années. Aux dernières nouvelles l’ Etat islamique resurgit en Irak.

    En France , un communautarisme s’ est développé adoubé de ressentiments anti-coloniaux, de personnes qui crachent devant toi pour te faire comprendre que tu es un « sous chien » et j’ en passe.
    Tout cela fait que l’extrême droite à pour meilleur allié son « frère ennemi » l’ islam. D’ ailleurs quand il s’ agit d’utiliser la laïcité pour développer un certain prosélytisme les islamistes et les chrétiens font cause commune. Il m’ avait fallu intervenir à plusieurs reprises dans mon syndicat pour, calmer leurs ardeurs et les prévenir que la laïcité n’ est pas un passeport pour imposer telle ou telle religion, ceci bien que les marxistes soient aussi critique de la laicité, comme d’ ailleurs les concepts de de liberté égalité fraternité. Ce qui n’ est pas pour déplaire à l’ islam qui est sur le même créneau « anti-démocratie » mais pas avec les mêmes raisons et objectifs.

    En France les islamistes, ont pris un certain poids dans les syndicats et les conflits sociaux, au point que la CGT s’ en inquiète de même que l’ organisation troskiste Lutte Ouvrière. Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, a dénoncé des «dérives» islamistes à la RATP et à Air France. «Il y a eu des embauches qui auraient dû se faire dans d’autres conditions, nous les avons condamnées. Il y a des femmes qui ont été menacées car ces individus refusaient de conduire un bus après une femme… Ce sont très peu d’individus mais il y a besoin d’agir. C’est ce que nous avons fait. On n’est pas complaisants du tout», a expliqué le leader syndical.
    «On a viré purement et simplement ce genre d’individus de la CGT, ajoute-t-il. A Air France, cela nous a coûté la première place aux élections professionnelles en mars dernier. On a perdu 500 syndiqués dans l’affaire. Ils n’étaient pas tous radicaux. Il y a des leaders dans les ateliers, etc. A la CGT à Roissy, il y a plus de 2 000 syndiqués CGT. Quand il y a des problèmes de ce genre, on parle d’intégristes islamistes, ce n’est pas la religion en tant que telle.»
    Pour la petite histoire, un de mes gendres cariste s’est retrouvé à travailler avec des islamistes, il a subi des pressions pour qu’il ce convertisse et ayant refusé, ils se sont unis pour le faire licencier. Le résultat est que depuis il devient sensible aux sirènes de l’ extrême droite et j’ en passe.

    Il n’ est plus possible de laisser à l’ extrême droite le privilège de lutter contre la poussée islamiste et de plus se faire accuser d’ être une 5éme colonne de l’islam. De ce fait nous allons réaffirmer nos positions vis à vis des religions. Voir Critique de la religion, critique de l’Etat, critique de la propriété privée.La critique de l’idéologie, dans la théorie communiste, ne spécule pas sur telle ou telle volonté de tromperie ou de mensonge de la part de la bourgeoisie. Elle cherche à dévoiler les fondements matériels des phénomènes idéologiques. Elle ne nie pas, effectivement, que le besoin de religion soit un besoin réel ; elle ne nie pas que ce que l’on y recherche, comme dans l’opium, c’est le soulagement ; elle ne se livre pas à une critique simpliste de la religion, mais à une critique dialectique : si la religion est l’expression de la misère réelle, alors ce n’est qu’en abolissant la misère réelle que l’on abolira la religion.

    Sur la France grande puissance, il est un fait que l’occident est en déclin relatif,relatif du fait du développement des BRIC…Seulement le déclin des Etats au profit de la mondialisation n’ est pas un déclin du capitalisme et notamment du capital financier qui ne fait que renforcer son pouvoir selon la loi concentration et centralisation. La France , tout comme la Grande Bretagne sont deux pays à domination financière impérialiste, elles furent misent en jachère avec l’ émergence du dollar comme monnaie universelle, mais n’en demeure pas moins des puissances monétaires et militaires, celles ou l’ argent reflue vers les capitaux d’origines.

    Bien à toi GB

    Répondre
  • 4 avril 2021 à 9 h 54 min
    Permalien

    @ G.bad

    Si les gauchistes sont une plaie, les islamistes sont encore pire que tout ….si vous voulez foutre en l’air les acquis sociaux donnez-leur l’occasion d’accéder au pouvoir ou encore de dominer les syndicats ! chez nous, ils ont commencé par les syndicats étudiants il y a 40 ou 50 ans, en s’attaquant aux gauchistes, ensuite ils se sont implanté dans tous les secteurs…, aujourd’hui même si tout le monde voit qu’ils sont la cause de plusieurs problèmes, le peuple semi-analphabète continue de vouloir voter pour eux…. ! allez comprendre quoique ce soit la dedans !

    Merci pour ton commentaire…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *