OTAN: QUI EST L'ENNEMI?

Par Nuevo Curso (espagnole). Traduction:
 
Aujourd’hui, le sommet de l’OTAN a été ouvert. Soixante-dix ans après sa fondation , l’organisation créée pour construire un bloc de puissances européennes autour des États-Unis a déjà de profondes fissures.
Les États-Unis continuent de concentrer toute leur rhétorique publique sur les coûts. Il fait valoir qu’il se dépense à la défense avec 3,2% de son PIB, tandis que la moyenne du reste des partenaires est de 1,55%. Ainsi formellement, son objectif est de mettre en place les 2% de PIB qu’ils s’étaient engagés et de mesurer le succès des sommets par les augmentations budgétaires d’autres pays… qui sont généralement associées à des achats auprès de l’industrie d’armement américaine.
 

Donald J. Trump

@realDonaldTrump

En fait, l‘un des éléments en litige est l’achat par la Turquie de missiles anti-aériens russes S400. Il n’aime pas cela aux États-Unis pour des raisons évidentes, mais pas en France non plus. Le Sénat américain a riposté contre la Turquie en interdisant la vente des nouveaux chasseurs F35 . L’effet du veto sénatorial a été une formidable opportunité de vente pour le Russe Sujoi . Les voisins grecs ont immédiatement commencé à crier pour avertir du danger russe en préparation. Et Macron se demandait: « Comment pouvez-vous être un allié et acheter des armes à la Russie? » Nous devons reconnaître à Macron la vertu de mettre les problèmes sur la table avec une clarté que la diplomatie de l’ère pré-Trump a évité comme le diable.

Et le problème central est, comme il l’a assuré dans une interview retentissante à The Economist , que l’alliance est « stratégiquement morte » (« stratégiquement braindead »). La blessure saigne de l’épine dorsale syrienne, où l’ accord entre les Etats-Unis et la Turquie a éjecté  la France, qui avait opté pour le groupe terroriste et guérilla kurde PKK-YPG. Bien que plus tard, on sût  qu’ils avaient également gagné – ils restaient en tant que dépositaires du pétrole syrien contrôlé par les États -Unis -, ce qui était clairement hors de propos pour la France. C’est le fond des reproches croisés entre Macron et Trump de la part de l’État islamique.

Mais le problème vraiment stratégique est que, bien que les États-Unis aient clairement identifié la Chine comme étant l’ennemi mondial naissant, la France – et l’ensemble de la bourgeoisie européenne – ne savent pas trop comment couvrir leurs intérêts impérialistes et conserver des engagements retardant le moment de prendre parti pour l’un ou l’autre camp.
 
«Qui est l’ennemi commun de l’OTAN? – La Russie? – La Chine? – Non. L’ennemi commun de l’OTAN, c’est le terrorisme», a déclaré Macron en tentant d’amener le braise de l’Atlantisme  sur sa sardine sahélienne (et contre l’Iran et le Moyen-Orient d’où se désengage les États-Unis en faillite. NDLR).
 
Et Macron a insisté pour alerter que tant qu’il n’y aurait pas de définition stratégique conforme aux intérêts français, il ne discuterait même pas de la structure et du partage des coûts de l’alliance. Le problème est que, paradoxalement, le fait de défendre l‘OTAN au Sahel renforcerait probablement l’influence militaire russe et le conflit avec la Chine sur le continent.


En Allemagne, les déclarations de Macron ont perturbé le gouvernement allemand, qui entendait utiliser le sommet pour approcher de nouveau les États-Unis et réduire le danger de nouvelles attaques tarifaires.
Cependant, ils ont également agité la bourgeoisie locale, qui a interprété la position française comme: « la demande faite à l’Europe de développer ses propres stratégies géopolitiques« . L’idée, répétée dans des milliers de colonnes d’opinion, est que «vous ne pouvez plus faire confiance à l’OTAN et aux États-Unis. et par conséquent, le dialogue avec la Russie doit également être recherché» (d’autant que le gazoduc NorthStar 2 va de l’avant, mettant l’approvisionnement allemand sous influence russe. NDLR) . En d’autres termes, le fait d’être sous l’égide d’une OTAN qui, après le Brexit, (si Brexit il y a! NDLR)  sera composé à 80% par des troupes de pays non membres de l’UE , signifie que les capitales européennes doivent subordonner leurs intérêts impérialistes à ceux des États-Unis. Pensez à gagner en autonomie et à relâcher les tensions à l’Est. (L’Europe n’oublie pas que si elle se soumet à la stratégie américaine – le troisième conflit mondial s’amorcera probablement sur ce continent. NDLR.)


La question de savoir qui est l’ennemi est évidemment rhétorique. Dans le groupe des hyènes, ils sont tous ennemis des autres quand il s’agit d’opter pour le pactole le plus juteux, ils cherchent tous des alliances qui leur garantissent de réussir, ils les brisent tous quand ils sont intéressés et ils fonctionnent tous comme une seule et terrible bête contre laquelle ils attaquent  leur proie unique (le prolétariat international. NDLR). En tant que partenaires de l’organisation internationale qui a ensuite structuré notre tendance, nous avons écrit sur la fondation de l’OTAN il y a 70 ans.
 

L’UOI rappelle à tous les travailleurs que seul le combat dans leur pays contre leur propre gouvernement peut empêcher la guerre. Cependant, si elle explosait, son devoir serait de transformer le conflit d’oppression impérialiste, qui conduit le monde à la barbarie, en une révolution sociale qui libérera l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *