Le Chili a rejoint les manifestations internationales

Par un militant chilien anonyme.

 

 

Trois manifestants sont morts jusqu’à présent cette année au Chili alors que quatre mois de manifestations de masse contre l’inégalité sociale et l’ensemble de l’establishment capitaliste se poursuivent.

 

Le meurtre d’un supporter de football de 37 ans écrasé à grande vitesse par un véhicule blindé de la police a donné lieu à de nouvelles manifestations importantes au cours de la semaine dernière, en particulier dans les quartiers les plus pauvres et les plus opprimés de la capitale du pays, Santiago.

 

Après un match de première division le 28 janvier, les supporters sont restés dans les environs du stade Colo-Colo de Santiago, scandant pacifiquement des slogans de protestation lorsque « les Carabiniers [police militarisée] du Chili ont déployé une opération complètement disproportionnée… provoquant des incidents qui ont mis fin à la vie d’un fan de notre club », comme le décrit une lettre de plainte du conseil d’administration de Colo-Colo. Le chauffeur a été arrêté.

 

Les nuits qui ont suivi ont été marquées par des barricades, des manifestations, l’incendie de bus, de postes de police et de magasins dans tout Santiago. La police a réagi par une répression brutale, notamment en frappant au hasard des passants, en inondant les quartiers de gaz lacrymogènes pendant trois ou quatre heures d’affilée et en inculpant des policiers pour des véhicules.

 

Mercredi, un jeune homme de 22 ans qui tenait une barricade dans le quartier de San Ramón a été tué lorsqu’un chauffeur cagoulé lui a roulé dessus avec un bus. Dans la même banlieue du sud de Santiago, un homme a été retrouvé mort dans un supermarché pillé et incendié à l’endroit où la police avait attaqué une manifestation. Au moins 124 manifestants ont été arrêtés la semaine dernière.

 

En décembre, l’Institut national des droits de l’homme (INDH) a rapporté que la répression de la police et de l’armée avait fait 29 morts, 8 812 arrestations, 3 449 blessés, 544 procès pour torture et quatre viols présumés par des agents de l’État.

 

Face à cette violence de l’Etat, les protestations et les grèves n’ont fait que se radicaliser et se développer, ralentissant l’économie chilienne à 1,2 % de croissance pour 2019, le taux le plus bas depuis la Grande Récession. Les manifestations de la semaine dernière, ainsi que les débrayages généralisés et continus dans les lycées lors des examens d’entrée à l’université pour protester contre l’inégalité du système éducatif, sont le signe d’une explosion sociale toujours aussi puissante.

 

Cependant, l’absence dans la classe ouvrière d’une direction révolutionnaire et d’un programme visant à unir les travailleurs chiliens aux millions de travailleurs qui entrent dans la lutte des classes au niveau mondial pose le danger mortel que l’opposition sociale reste subordonnée à la politique bourgeoise. La classe dirigeante au Chili et dans le monde a réagi par un glissement vers la dictature, n’offrant aux travailleurs rien d’autre que de nouvelles réductions et une plus grande exploitation.

 

Le sondage Barómetro del Trabajo de janvier 2020 fournit des données précieuses sur la question définitive du leadership. La moitié des Chiliens interrogés (adultes) ont participé aux manifestations depuis octobre, tandis que 19 % ont déclaré qu’ils n’y avaient pas participé mais qu’ils aimeraient le faire. Le système de retraite privatisé, « les abus et les inégalités », l’éducation publique, les augmentations de salaire et les soins de santé ont été les principaux sujets soulevés par les manifestants, dans cet ordre.

 

Le sondage met en évidence l’absurdité des affirmations de l’administration Trump et de la droite chilienne selon lesquelles les « trolls russes » sur Internet ont provoqué le bouleversement, qui s’est traduit par des concentrations de plus d’un million de personnes et a fait chuter le taux d’approbation du président Sebastián Piñera à un niveau sans précédent de 6 %.

 

Plus essentiellement, cependant, les revendications des manifestants au Chili sont les mêmes que celles soulevées par les grévistes et les manifestants du monde entier, ce qui prouve que le mécontentement est le résultat de conditions sociales enracinées dans le système capitaliste mondial et ne peut être résolu dans le cadre d’un programme nationaliste. Malgré ses richesses naturelles et ses industries importantes, l’économie chilienne est entièrement dépendante des chaînes de production et des marchés mondiaux et reste sous le joug de l’impérialisme américain et européen.

 

Les tensions de classe sont vraiment sur le point de se déclencher. Seuls 2 % des manifestants interrogés ont soulevé la question des tarifs des transports publics, même si l’incident qui a déclenché la récente vague de protestations était une hausse relativement mineure des tarifs dans le métro de Santiago en octobre dernier.

 

Dans le même temps, seuls 2 % des manifestants ont mentionné « changer la constitution » comme une revendication. Du milliardaire de droite Piñera à la pseudo-gauche, l’ensemble de l’establishment politique et les médias d’entreprise ont vigoureusement promu la question d’une nouvelle constitution comme moyen de restaurer la confiance dans le dispositif politique bourgeois.

 

En avril, un plébiscite demandera aux Chiliens s’ils veulent une nouvelle constitution et si l’ensemble de l’organe constitutif doit être élu ou si la moitié doit être composée des législateurs actuels. Tout comme la « transition démocratique » après la dictature d’Augusto Pinochet, la farce constituante sera un moyen de maintenir le pouvoir et les intérêts de profit de l’oligarchie locale et des sociétés transnationales qui ont installé et soutenu Pinochet.

 

Même si une majorité devrait voter « oui » au référendum, les exigences de la plus grande montée des protestations depuis un demi-siècle ne peuvent être résolues par le projet constitutionnel.

 

Selon le sondage Barómetro del Trabajo, 83 % des personnes interrogées sont « insatisfaites du fonctionnement de la démocratie au Chili », et le même pourcentage indique que le pays est « dirigé par des groupes puissants et intéressés ». Seuls 7 % font « confiance » aux partis politiques pour rédiger une nouvelle constitution, tandis que 24 % seulement font confiance aux dirigeants syndicaux pour cette tâche. Enfin, le taux de désapprobation est supérieur à 68 % pour l’ensemble des partis.

 

La majeure partie de la classe ouvrière voit l’establishment pour ce qu’il est : un instrument des 20 groupes économiques qui contrôlent plus de la moitié de la production du pays et de leurs mécènes à Wall Street et en Europe. Au cours des 30 dernières années, tous les partis ont maintenu l’austérité sociale et les privatisations menées sous la dictature de Pinochet et ont trahi toute grève et autre forme de résistance de masse.

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une pensée sur “Le Chili a rejoint les manifestations internationales

  • 11 février 2020 à 1 h 49 min
    Permalink

    @ Merci à ce militant de nous placer en première ligne d’information sur la résistance farouche du peuple chilien glorieux – indestructible.

    Robert Bibeau

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *