Le salariat, une classe mondiale en expansion

Par Gérard Bad  pour  Christakis Georgiou

Le précédent article de cette série (le salariat, sa place dans la société et sa composition) s’est penché sur l’évolution historique du salariat des pays du capitalisme avancé (Europe, États-Unis, Canada, Australie, Japon). Dans ces sociétés, le capitalisme a depuis longtemps atteint sa maturité et le salariat est devenu la classe sociale majoritaire. Fruit du développement inégal des économies nationales dans le cadre du capitalisme, c’est aujourd’hui –  et de loin ! – dans les pays du Tiers-monde que la salarisation de la population active est la plus massive.

En France par exemple, l’Organisation internationale du travail (OIT) estime que 84,7 % des actifs étaient déjà salariés en 1991. Le pic a été atteint en 2008, lorsque ce pourcentage s’élevait à 89,4 % (en 2017, on est revenus à 88 %) (1). Pour une population active totale comptabilisant environ 30 357 000 personnes, le nombre de salariés s’élève à 26 715 000. Le tout sur une population totale avoisinant les 67 millions. En 1991, la population active était de l’ordre de 26 millions et donc les salariés environ 22 millions.

Les chiffres pour l’ensemble de l’Union européenne sont un peu plus bas, avec 81,1 % en 1991 et 84,1 % en 2017, tandis qu’aux États-Unis, les pourcentages correspondants s’élèvent à 86,7 % et à 90 %. Ces chiffres traduisent une faible croissance de l’importance relative du salariat, mais ils sont surtout à comparer aux chiffres correspondants pour le salariat mondial.

Depuis 20 ans, la forte expansion du salariat mondial

Or, lorsque l’on examine l’évolution du salariat à l’échelle mondiale, les choses vont autrement. À l’échelle planétaire, le salariat est encore une classe sociale jeune et en pleine expansion, notamment en raison de la forte expansion des capitalismes asiatiques – la Chine en premier lieu – lors des trois dernières décennies. L’émergence de la Chine en tant que puissance mondiale est bien connue ; mais la face moins visible de cette émergence est la massification du salariat chinois et la transformation profonde de la structure sociale dans ce pays qui, par sa taille, suffit pour faire bouger les équilibres à l’échelle planétaire.

Selon l’OIT, en 1991, le pourcentage des salariés parmi les actifs à l’échelle mondiale atteignait 44,1 % pour une population active de 2,4 milliards de personnes, soit environ 1,06 milliards de salariés. En 2017, le pourcentage de salariés était déjà passé à 54,3 % sur une population active en très forte expansion aussi, à savoir 3,45 milliards de personnes. C’est-à-dire, 1,87 milliards de salariés de par le monde. En 26 ans, le salariat mondial a donc gagné plus de 800 millions de membres – soit une progression de plus de 76 %  (2).

Les lieux d’un essor

Une partie très conséquente de cette progression provient de l’accroissement du salariat chinois. Celui-ci est passé de 31,8 % de la population active en 1991 à 63,65 % en 2017, soit d’un peu plus de 206 à environ 500 millions de travailleurs. L’Inde est l’autre géant de l’Asie qui contribue fortement au phénomène, bien que de manière bien moins importante que la Chine. De 13,8 % de la population active en 1991, le salariat y passe à 21 % en 2017, soit approximativement de 46 à 110 millions de travailleurs. Cette transformation sociale en Asie est véritablement monumentale et devrait être considérée comme l’événement majeur des trois dernières décennies (ce que nous répétons depuis dix ans et ce qui a transformé la Chine de prétendante à l’hégémonie économique en superpuissance hégémonique mondiale… ce qui explique la guerre commerciale – financière – militaire et virale avec les États-Unis. NDLR).

L’Amérique Latine, en revanche, connaît une progression relative du salariat moins importante, de 58,1 % en 1991 à 63,2 % en 2017. La croissance démographique du continent signifie cependant que le nombre de salariés est passé durant la même période de 101 à 195 millions. Il en va globalement de même pour l’Afrique subsaharienne, qui passe de 21,5 % et 42,25 millions de salariés en 1991 à 25,9 % et 107,6 millions en 2017.

Il faut bien noter que ces chiffres reflètent de manière très stricte le poids démographique du salariat. D’une part, ils ne prennent pas en compte les personnes dépendantes des salariés (enfants et parents trop âgés pour travailler) ainsi que les salariés retraités. Selon les calculs du marxiste britannique Chris Harman en 2002, (3) cela doublerait la taille du salariat. D’autre part, ces chiffres ne tiennent pas compte du phénomène de la semi-prolétarisation – c’est-à-dire des personnes exerçant une activité indépendante (souvent des agriculteurs pauvres) qui se salarient en parallèle de leur activité principale  (notamment ceux qui ont le plus souffert du confinement paralysant l’économie capitaliste. NDLR). Ce phénomène est très répandu en Chine, où il concerne de dizaines de millions de personnes. C’est un phénomène qui accompagne nécessairement la transition vers la maturation capitaliste des sociétés: la même chose s’est produite aux États-Unis ou en France par exemple à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

La grande convergence du salariat mondial

De même que la stabilité démographique du salariat dans les pays du capitalisme avancé va de pair avec une certaine stagnation des salaires et des conditions de travail depuis quelques décennies, la progression spectaculaire de ses effectifs dans les pays asiatiques coïncide avec une forte augmentation des salaires et une amélioration des conditions de travail. Cet effet de réduction des écarts salariaux au sein du salariat mondial pourrait se caractériser comme la «grande convergence» du salariat mondial, de la même manière que des économistes et historiens utilisent ce terme pour parler du rattrapage par les géants asiatiques des pays occidentaux. Ceci dit, de la même manière que les géants asiatiques sont encore loin d’avoir atteint leur maturité capitaliste et qu’ils ne font que monter les échelons en termes de valeur ajoutée de leur production industrielle, de même cette grande convergence entre salariat asiatique et des pays avancés est encore loin d’avoir égalisé les conditions des salariés.

La première chose à noter est que l’augmentation rapide de la production en Chine et en Asie se traduit par une part plus grande dans la production mondiale totale pour ces pays (cf. graphique 1). Cette évolution ne s’explique pas fondamentalement – comme on l’entend souvent – par la «désindustrialisation» touchant les pays avancés, puisque le gâteau de la production manufacturière mondiale augmente dans le même temps. C’est tout simplement que la production asiatique augmente à des rythmes plus élevés que la production en Europe, aux États-Unis et au Japon.

Le décollage industriel chinois a tiré vers le haut de manière spectaculaire les salaires des salariés locaux, comme on peut le voir dans le graphique 2 qui représente l’évolution du salaire annuel moyen en monnaie chinoise depuis les débuts de la République Populaire.

 

Graphique 1. L’augmentation rapide de la production en Chine et en Asie se traduit par une part plus grande dans la production mondiale totale pour ces pays.

Graphique 2, évolution du salaire annuel moyen en monnaie chinoise depuis les débuts de la République Populaire.

L’arbre chinois et la forêt mondiale

 

La Chine est cependant seulement l’économie «émergente» la plus performante de ce point de vue. Comme l’indique le graphique 3, les salaires réels (ajustés pour tenir compte de l’inflation) dans une série d’économies émergentes ont continué à croître vigoureusement depuis une douzaine d’années.

La comparaison avec les pays de l’OCDE dans le graphique 4 montre comment la meilleure performance dans ce groupe de pays (la Corée du Sud) se situait à un niveau très faible par rapport au groupe des pays émergents.

 

Graphique 3. Index des salaires réels moyens des pays émergents du G20 sur la période 2006-2015.

Graphique 4. Index des salaires réels moyens des pays développés du G20 sur la période 2006-2015.

 

Ceci dit, il faut garder à l’esprit qu’en niveau absolu, les écarts existent toujours et sont loin d’être comblés. En réalité, les salaires chinois les plus élevés – ceux des salariés dans les grandes métropoles de la Chine côtière – sont du même niveau que les salaires européens les plus bas, c’est-à-dire les salaires dans les nouveaux États-membres de l’Est. (C’est ce qui explique que la Chine malgré la hausse du salaire moyen de ses travailleurs maintien sa performance concurrentielle avec les pays industriels de l’Alliance Atlantique en déclin. NDLR).

Ainsi, le salaire mensuel médian s’élevait en 2016 à 1 135 dollars à Shanghai (4)  à 983 dollars à Pékin et à 938 à Shenzen. Dans le même temps, le salaire équivalent atteignait 887 dollars en Croatie, 956 dollars en Lituanie et 1005 en Lettonie. La Pologne restait en haut du classement avec 1569 dollars, tandis que le salaire mensuel médian à Prague – l’une des grandes capitales de l’Europe centrale – était de 1400 dollars. Aux États-Unis, en revanche, l’État avec le salaire mensuel médian le plus faible était en 2015 le Mississippi, avec 3 383 dollars. (Ces chiffres ne rendent pas compte du pouvoir d’achat réel des travailleurs de chacun de ces pays déclinant ou émergent. Pour obtenir une image exacte des conditions de vie et de travail de ces prolétaires il faut comparer leur revenu en termes de pouvoir d’achat réel prenant en compte l’indice comparé des prix à la consommation IPC. NDLR).

 

La relative stagnation du salariat dans les pays avancés va aussi de pair avec le déclin des organisations de classe qui se sont épanouies durant les trois premiers quarts du XXe siècle, et la dégradation du rapport de force social depuis le moment où ces sociétés ont atteint leur maturité capitaliste. Ce déclin et cette dégradation nous concernent tout particulièrement, puisqu’ils fournissent les clés du contexte particulier dans lequel nous déployons notre activité politique. Ce sera l’objet du prochain article de cette série.


 

Notes

 

(1) https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SL.EMP.WORK.ZS?locations=FR&view=chart.

(2) En comparaison, la population mondiale est passée de 5,31 en 1990 à 7,35 milliards en 2015 (selon l’ONU), ce qui représente une progression de 38,4 %. Le poids démographique général du salariat s’accroît aussi de façon relative.

(3) Chris Harmam, « The workers of the world », International Socialism Journal 96, t. 2 (2002). https://www.marxists.org/archive/harman/2002/xx/workers.htm.

(4) https://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2017/08/16/china-wage-levels-equal-to-or-surpass-parts-of-europe/#76c8ee173e7f.

 

5 pensées sur “Le salariat, une classe mondiale en expansion

  • 5 juin 2020 à 12 h 17 min
    Permalink

    @ Gérard Bad

    « …/… Aux États-Unis, en revanche, l’État avec le salaire mensuel médian le plus faible était en 2015 le Mississippi, avec 3 383 dollars… ».

    Je ne saisis pas bien l’explication ?? …
    N’y aurait-il pas une confusion entre salaire médian et salaire moyen ?
    En statistiques, moyenne et médiane n’indiquent pas la même chose.
    Par exemple, si on prend une série de 5 chiffres : 4 12 43 78 1087, la médiane est 43 alors que la moyenne est 244,8.
    Si le 5eme chiffre devient 1287 ( au lieu de 1087) la médiane de la série de 5 chiffres sera toujours 43.

    Répondre
    • 6 juin 2020 à 12 h 53 min
      Permalink

      @…

      Oui parfaitement la MÉDIANE EST NON PAS LE NOMBRE AU MILIEU DE LA SÉRIE mais le nombre (ici le salaire) ayant la plus grande fréquence

      2 383 $ est le salaire ouvrier que l’on rencontre le plus souvent au Mississipi – ce n’est pas une moyenne mais une fréquence

      Parfois médiane et moyenne s’approche dans une distribution en cloche – de Ghauss je crois

      Robert Bibeau

      Répondre
  • Ping : Le salariat, une classe mondiale en expansion | Boycott

  • 7 juin 2020 à 5 h 02 min
    Permalink

    De G.Bad
    Robert, si je te fais parvenir cet article c’ est que sur bien des points il doit faire fonctionner nos petites cellules grises, pas pour que tu commentes les parties qui t’intéressent en rouge.De plus il aurait fallu présenter l’ auteur de l’ article:
    Chercheur en études européennes, Université de Genève
    Sa biographie
    Mes recherches portent sur l’économie politique de la construction européenne, plus particulièrement sur le rôle des grandes entreprises et des élites. Je travaille plus spécifiquement depuis quelque temps sur la zone euro, sa crise et sa réforme. A l’Université de Genève, je suis affilié au Centre
    de Compétences Dusan Sidjanski en Etudes Européennes (https://www.unige.ch/gsi/fr/presentation/centres-de-recherche-affilies/le-centre/structure-organisationnelle/postdoctorants-new/christakis-georgiou/). Mes publications académiques et quelques publications militantes sont en ligne: https://affective-sciences.academia.edu/ChristakisGeorgiou

    Répondre
    • 7 juin 2020 à 8 h 44 min
      Permalink

      @ Gerard Bad

      1) Merci pour ton post et de tes commentaires
      2) Merci de nous fournir en commentaires quelques éléments de biographie que je n’avais pas avec le texte que tu m’as remis
      3) C’est le privilège de l’éditeur d’offrir ses commentaires – en avisant correctement les lecteurs que ce sont les NDLR – et pas ceux de l’auteur, ou d’un scripteur. Chacun par la suite a la liberté de se faire un jugement et de commenter à son tour
      4) Merci de tes commentaires Gérard

      Tu nous offre toujours de bons textes

      Robert Bibeau

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *