RAUL CASTRO: LES RUINES DU PROJET NATIONAL CAPITALISTE DE L’ÉTAT CUBAIN

Source : https://en.communia.blog/raul-castro/

This article is available in 5 languages on this webmagazine: 20.04.2021.Communia-Italiano-English-Spanish
This article is available in Portuguese on this blogue: https://queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com/2021/04/raul-castro-as-ruinas-do-projecto.html

 

Raúl Castro a annoncé sa prochaine retraite à l’âge de 89 ans, 62 ans après l’entrée des guérilleros du M26J à La Havane et 60 ans après que Fidel Castro ait proclamé l’entrée de Cuba dans le bloc russe. La retraite du dernier commandant actif de la Sierra Maestra de la direction politique de la classe dirigeante cubaine se produit au milieu de la dernière accélération de la crise angoissante et pérenne d’un capital national en ruine.

Dans cet article

Quelle a été la révolution cubaine

Grève générale du 9 avril 1958.
Grève générale du 9 avril 1958.

 

À la fin des années 50, Cuba présente tous les signes de crise caractéristiques d’un pays semi-colonial . Il y a des mouvements ouvriers massifs et une agitation croissante de la petite bourgeoisie qui adopte un discours nationaliste en continuité avec celui de la récente indépendance. Parmi ces groupes nationalistes petits-bourgeois se trouve le M26J (Movimiento 26 de Julio) des frères Fidel et Raúl Castro, qui a initié une tentative de conquête dans les hauts plateaux.

 

Militairement, ils ont peu ou rien à faire – à leur apogée ils ont à peine 800 membres armés – mais cachés dans les montagnes et plus ou moins soutenus par les guajiros (petits exploitants agricoles de subsistance), ils deviennent un symbole de l’impuissance du gouvernement. Surtout après que le magazine Paris Match a publié un reportage photographique et que la presse américaine commence à raconter leurs pérégrinations comme une légende romantique.

 

Les mouvements ouvriers sont guidés et désorientés par les syndicats et les partis de gauche, mais néanmoins, à plusieurs reprises, ils débordent le cadrage et parviennent à occuper des raffineries, des usines et des sucreries… Un mouvement ouvrier sans buts propres ni organisation de masse n’avait pas d’options immédiates, mais elle menaçait également le capital. Ainsi, à partir du printemps 1958, face à l’incompétence de l’opposition politique traditionnelle, l’idée de donner une chance au M26J des frères Fidel et Raúl Castro gagnera l’essentiel de la bourgeoisie cubaine. Même la famille Bacardí soutenait le M26J pour le moment.

Le castrisme dans la révolution cubaine

Castro a proclamé la victoire le 1er janvier 1959, moment fondateur du régime créé par Fidel et Raúl Castro
Castro a proclamé la victoire le 1er janvier 1959, moment fondateur du régime créé par Fidel et Raúl Castro

Fidel Castro ne vous décevra pas. Au milieu de l’effondrement politique du régime à Noël 58, il profite du démantèlement des cadres du gouvernement et de l’armée et ses forces prennent Santiago et Santa Clara, laissant ouverte la route de La Havane.

 

Dès qu’il prend le pouvoir, Fidel envoie ses troupes désarmer les ouvriers qui continuent à occuper les raffineries et les sucreries et les remettre au travail au moyen de la baïonnette. Afin de prendre le contrôle, il les nationalise formellement. Dès lors, un bras de fer avec la partie affectée de la bourgeoisie nationale et ses partenaires aux États-Unis commence.

 

Ce bras de fer sera résolu deux ans plus tard avec l’incorporation dans le bloc russe et l’ adoption des structures et des rituels du capitalisme d’État stalinien . Le M26J absorbera d’autres groupes similaires et le stalinisme officiel pour refonder le Parti communiste cubain (stalinien) en tant que Parti-État et militariser la production de haut en bas.

 

L’impuissance de la petite bourgeoisie nationaliste des pays semi-coloniaux à rendre son propre capital national indépendant – la libération nationale tant vantée – d’un bloc sans en rejoindre un autre était une fois de plus prouvée. Mais il y a aussi le recours éculé d’appeler le socialisme ce qui n’est rien d’autre que la nationalisation de l’appareil productif dans un contexte de totalitarisme politique.

 

Là où l’idéologie des frères Fidel et Raúl Castro était au moins à moitié sincère, c’était dans leur patriotisme , c’est-à-dire en défendant ouvertement et constamment que leur mission était de faire revivre et de sauver, sur la base de la concentration et de la centralisation de l’État, une capitale nationale en faillite. .

 

Pour ce projet national , certainement dans la lignée des combattants de l’indépendance cubaine du XIXe et du début du XXe siècle, la vieille bourgeoisie devait être expropriée et remplacée par une petite bourgeoisie reconvertie en bureaucratie managériale à travers le parti-nation -c’est ainsi que le castriste PCC se définit littéralement . Et bien sûr, les ouvriers ont dû se sacrifier – assez souvent littéralement – dans tous les domaines, des repas quotidiens aux aventures impérialistes en Angola ou en Ethiopie .

 

La vérité? Cuba n’a jamais cessé d’être un capitalisme semi-colonial dont la principale demande internationale, à laquelle elle a appelé les internationalistes du monde à soutenir, était que… les États-Unis devraient ouvrir leur marché et acheter du sucre, du rhum, du tabac et du nickel à Cuba. Etrange slogan non seulement pour un socialisme inexistant mais même pour une capitale nationale qui proclamait fièrement sa capacité de développement indépendant. Confession en réalité que cette affirmation d’indépendance était fausse et en fait utopique parce qu’impossible.

 

Les castristes adorent se présenter comme l’aboutissement d’une série historique ouverte par Martí et Maceo qui ajoute Fidel Castro comme sa dernière figure de proue. En cohérence, ils racontent la Révolution cubaine comme un mouvement nationaliste unique dont ils seraient le dernier volet. Ils ont raison. Ils sont la dernière tranche d’un échec long et de plus en plus anti-humain et anti-historique: celui du capital national cubain.

Lire aussi: La révolution cubaine et le castrisme (en espagnol) , 7/11/2019

La pente glissante de Cuba aujourd’hui

Production historique de sucre cubain de 1900 à 2011.
Production historique de sucre cubain de 1900 à 2011.

 

En 2018, avec le transfert des pouvoirs à Díaz-Canel et le lancement du processus de rédaction d’une nouvelle constitution, la bureaucratie cubaine a entamé un changement qui a préparé la recherche de nouveaux patrons impérialistes en Chine et en Europe de cette puissance économique concentrée dans l’armée. Mais en 2019, l’effondrement du Venezuela avait déjà mangé les délais esquissés par la bureaucratie castriste , les pénuries de nourriture et de carburant sont devenues dramatiques. À la fin de 2020, la situation était intenable et le régime a choisi de rendre la monnaie convertible en entrant dans une nouvelle période spéciale au cours de laquelle les pénuries se sont multipliées en une faim généralisée.

 

Et au milieu de cela est venu le Covid et avec des restrictions se répandant dans le monde entier, la chute des quelques exportations qui étaient encore debout et l’effondrement de l’activité touristique.

Les adieux de Raúl Castro 62 ans plus tard

Image de Raúl Castro annonçant sa retraite au 8e Congrès du PCC.
Image de Raúl Castro annonçant sa retraite au 8e Congrès du PCC

 

L’annonce de la retraite de Raúl Castro intervient dans le cadre du soi-disant Congrès de la continuité historique . Raúl Castro, dernier des commandants de la Sierra Maestra au sommet de l’État a ouvert le congrès avec un rapport dans lequel le plus important était de remarquer que les trois commissions du congrès seraient dirigées par trois hommes de la nouvelle génération: le Premier Ministre, Manuel Marrero -situation économique-; Le prochain successeur de Castro à la tête du Comité central, José Ramón Machado – contrôle social et capacité à encadrer le parti -; et le Président, Miguel Díaz-Canel – cohésion, cooptation et discipline des cadres.

 

Les trois axes et leur répartition sont importants: économie pour le Premier ministre, contrôle social pour le chef du parti et cohésion de la classe dirigeante pour le président de la République. D’autant que ce Congrès insiste plus que tout autre avant que le PCC soit le parti-nation , le parti hors des limites dont les conséquences seraient irréversibles et conduiraient à des erreurs stratégiques et à la destruction même du socialisme et donc de la souveraineté et de l’indépendance nationales. .

 

La classe dirigeante cubaine avec Raúl Castro à sa tête est plus défensive qu’elle ne l’avait été depuis la période spéciale qui a suivi l’effondrement de l’aide reçue du COMECON au début des années 1990. Ainsi, au milieu d’une situation d’effondrement économique et de dévastation productive, il répète un nouvel ancrage en plaçant en première ligne la génération des bureaucrates qui ont le plus à perdre. Le but: se lancer avec une fureur redoublée pour rechercher des alliances impérialistes en vendant… de la main-d’œuvre aux salaires bangladais.

Raúl Castro et Díaz Canel visitent une usine de couches appartenant à des Vietnamiens dans la "zone spéciale" de Mariel.
Raúl Castro et Díaz Canel visitent une usine de couches appartenant à des Vietnamiens dans la «zone spéciale» de Mariel.

 

Raúl Castro était explicite: le nouveau modèle est celui des zones économiques spéciales comme celle de Mariel.

Il est temps d’effacer de nos esprits les préjugés du passé associés à l’investissement étranger et d’assurer une préparation et une conception correctes de nouvelles entreprises avec la participation de capitaux étrangers. Preuve en est les résultats obtenus dans la zone spéciale de développement de Mariel, devenue un pôle d’attraction important pour les investisseurs étrangers et nationaux qui bénéficient d’infrastructures impressionnantes.

 

Nous ne savons pas ce que ces préjugés sont censés être, car ni Fidel, ni Raúl Castro, ni la bureaucratie cubaine n’ont jamais hésité à réprimer les travailleurs ni à resserrer leur emprise sur l’exploitation. Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui leurs discours sont moins crédibles que les vidéos patriotiques des millionnaires déguisés en lumpen venant de l’étranger.

 

Le fait est que le capital international est appelé à participer à la célébration des conditions aggravées d’exploitation du travail. Raúl Castro l’a clairement exprimé au milieu du marais d’expressions bureaucratiques dans son discours. Pour Castro, il y a…

… Des problèmes structurels du modèle économique qui ne parvient pas à fournir des incitations suffisantes au travail et à l’innovation. [… Donc] nous devons nous habituer à vivre avec ce que nous avons et ne pas prétendre dépenser plus que ce que nous pouvons générer en revenus. [… Et donner] un vrai revirement de mentalité pour défendre l’augmentation de la production nationale, notamment alimentaire, bannir l’habitude néfaste de l’importer, et générer des exportations diversifiées et compétitives.

 

Traduisons. Se plaindre du manque d’incitation au travail signifie oublier les retraites – qui sont devenues moins que rien avec la convertibilité – et les quelques protections du travail encore en place. La réprimande pour dépenser plus que ce que nous avons signifie qu’une nouvelle restriction quasi totale des importations est à venir… dans un pays qui importe une bonne partie des produits de première nécessité et dans lequel la consommation de base n’arrive que parfois et grâce au commerce extérieur.

 

Quel est le message réformiste tant aimé par la même presse européenne qui complimente Raúl Castro? Diriger des ressources encore plus productives vers les exportations – des entreprises publiques ou des capitaux étrangers dans des zones spéciales – et donner à une petite bourgeoisie renaissante la possibilité d’organiser de petites entreprises dans plus de 2000 nouveaux domaines différents pour tirer parti de la main-d’œuvre excédentaire.

 

Tout sert à raviver un capitalisme semi-colonial angoissant … sauf à relâcher le contrôle de la majeure partie du capital national assuré par la bureaucratie grâce à la propriété de l’État. C’est là que réside sa limite.

 

En ce qui nous concerne, cependant, il n’y a pas de limite. Pour les ouvriers Raúl Castro et ses épigones, debout sur les ruines d’un appareil de production rasé, répètent une fois de plus leur slogan préféré, l’hymne mondial d’une bourgeoisie contre les besoins humains: travailler plus, consommer encore moins et valorisons-accumulons le capital.

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 réflexions sur “RAUL CASTRO: LES RUINES DU PROJET NATIONAL CAPITALISTE DE L’ÉTAT CUBAIN

  • 20 avril 2021 à 15 h 34 min
    Permalien

    Article intéressant d’autant plus qu’il synthétise un peu la grave dérive d’un modèle qui se voulait au départ ouvrier et axé sur le bien être de ces derniers…. Pour moi, Fidel Castro et Cuba ont été des victimes de leur engagement inconditionnel auprès de l’URSS qui se disait unique alternative  »socialiste » et qui a précipité en réalité ce pays de braves dans une issue sans lendemain ! Cet appel tardif du frère de Fidel a une nouvelle administration, vision et modèle de développement en désignant a l’avance qui en seront les dirigeants, ne présage rien de bon en absence d’une opposition organique et active qui elle peut avancer des solutions concertées … qui préservent la dignité du peuple Cubain et lui insufflent un modèle démocratique et moderne.

    Cuba en passant était déjà devenue une sorte de pays Africain dont le modèle de gouvernance anarchique a pu fragmenter la société Cubaine même sous les Castro, donnant lieu à une société a deux vitesses, a beaucoup d’hypocrisie et de petits affairistes qui pullulent… avec un résultat tragique pour les plus pauvres et les mis sur le carreau.

    Répondre
  • 20 avril 2021 à 17 h 08 min
    Permalien

    @ Tous

    Le problème de CUBA socialiste est le même problème que pour les 40 pays environ qui se sont proclamés socialistes à travers le monde, y inclut l’URSS, la Chine et les autres.

    1) Dans tous ces pays la révolution survient sous le mode de production féodal – ou coloniale ou la classe opprimée était massivement paysanne – agraire – et la classe prolétarienne à peine développée.

    2) Une révolution prolétarienne ne peut survenir sans que la classe prolétarienne et donc la classe capitaliste – bourgeoise soient pleinement développée et hégémonique. On ne fait pas une révolution prolétarienne sans prolétaires.

    3) Une société ne peut passer de l’étape de développement féodal – du mode de production féodal – au mode de production communiste – prolétarien en outrepassant le mode de production industriel capitaliste bourgeois. Le mode de production industriel capitaliste est un passage obligé entre le féodalisme et le communisme.

    4) Les communistes révolutionnaires s’étant emparé du pouvoir dans ces sociétés féodales arriérées – colonisées – dominées – sous-développées imaginèrent un mode de production de transition – du féodalisme au communisme qu’ils appelèrent LE SOCIALISME – PHASE DE TRANSITION DANS UN SEUL PAYS. Les chinois inventèrent le socialisme à la chinoise et les cubains imaginèrent le socialisme patriotique à la cubaine.

    5) La révolution prolétarienne communiste sera INTERNATIONALE et en aucun cas patriotique – nationaliste – chauvine et elle se produira d’abord dans les sociétés capitalistes pleinement développée ayant atteint le stade impérialiste de développement comme les USA – la CHINE – l’EUROPE DE L’OUEST.

    6) Cette révolution sera terrible – armée – anarchique – chaotique s’échelonnant sur des années par vagues successives avec des hauts et des bas et surtout elle sera mondiale et ne visera pas à RÉFORMER LE CAPITALISME mais à l’abolir.

    La partition de musique qui se joue à CUBA présentement fait partie de passé, au temps ou le capitalisme de gauche se prénommait SOCIALISME et ne menait nullement au mode de production communiste prolétarien.

    robert bibeau éditeur

    Répondre
  • Ping : Pérou: élections présidentielles, la victoire d’un syndicaliste reflète la crise du régime capitaliste – les 7 du quebec

Répondre à Sam Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *