Ukraine: faire du tapage à l’Ouest pour attaquer à l’Est

À peine deux mois après l’assermentation du grabataire Joe Biden (sleepy Joe) que déjà nombre de laquais et de sous-fifres désespérés frappent à la porte du Pentagone et du Secrétariat d’État pour recevoir leur pitance à se partager entre oligarques stipendiés.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
24.03.2021-Ukraine-English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguese on this blogue:
Que o Silêncio dos Justos não Mate Inocentes: Ucrânia: fazer barulho a Ocidente para atacar a Oriente (queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com)

Parmi ces larbins en quête de subsides, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a annoncé la semaine dernière que le Conseil national de sécurité et de défense de l’Ukraine avait approuvé une stratégie visant à «reprendre» la Crimée et à réintégrer cette péninsule stratégique.

 

Les larbins politiciens ukrainiens obéissent ainsi aux ordres de Washington qui souhaitent accroître les tensions sur le pourtour Est de la Russie – de la Finlande aux États baltes, du Donbass à l’Azerbaïdjan – en passant par la Crimée. L’administration fantoche du Président Volodymyr Zélensky souhaite compromettre les alliés européens (OTAN) de l’agressive et déclinante Amérique en appelant à la création d’une «plate-forme pour la Crimée», décrite comme «un nouveau format de consultation et de coordination pour améliorer l’efficacité de la réponse internationale à l’occupation de la Crimée, répondre aux défis de sécurité croissants, intensifier la pression internationale sur la Russie, prévenir de nouvelles violations des droits de l’homme, protéger les victimes de la puissance occupante et parvenir à mettre fin à l’occupation de la Crimée et à son retour à l’Ukraine».

 

Bref, la clique qui dirige l’Ukraine propose aux pays de l’OTAN de leur servir de prétexte et de mercenaire pour coordonner la guerre des États-Unis contre la Russie … à moins que ce ne soit qu’une parade visant à faire du bruit à l’Ouest avant d’attaquer à l’Est, du côté de la puissance chinoise montante… le principal challenger au poste hégémonique mondial.

 

Les oligarques de Kiev lancent cette «plate-forme» ‘ballon d’essai’ au nom de leur maître yankee afin de sonder les reins et les cœurs des alliés européens, France et Allemagne notamment, en faveur d’une guerre régionale que mènerait l’Ukraine, sous-traitante de l’OTAN, aux portes de l’Europe, ce que ne souhaitent surtout pas les puissances européennes occupées à finaliser l’oléoduc Nord-Steam-2 (Allemagne) https://les7duquebec.net/archives/242915 ; à prendre leurs distances avec le bellicisme états-unien (France), https://les7duquebec.net/archives/262746 ; à administrer le vaccin SputnikV, https://les7duquebec.net/archives/261972 ; et à compléter la construction des «Nouvelles Routes de la soie» de Chongqing à Amsterdam. https://les7duquebec.net/archives/262241

 

La classe prolétarienne ne doit entretenir aucune illusion à propos des puissances impérialistes de l’Est (Chine, Russie), ou de celles de l’Ouest (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Union européenne). Ces puissances sont en guerre concurrentielle perpétuelle et le sort de la population du Donbass et de la Crimée leur importe peu. Cependant, dans la conjoncture présente, il est dans notre intérêt de classe que les puissances européennes refusent de participer au défi militaire très risqué que les bandits ukrainiens aux abois lancent contre la Russie surarmée – nucléarisée et dont les prolétaires de tout côté seront la chair à canon. Les prolétaires du monde entier ont amorcé la résistance à la guerre sanitaire, c’est dans cette direction que doivent porter nos efforts.

 

L’article qui suit présente des informations sur les tractations que mènent la partie américaine et l’oligarchie ukrainienne pour faire monter la tension à la frontière russo-européenne.


ANNEXE

 

Ukraine: l’approbation d’une stratégie pour «récupérer» la Crimée risque de déclencher une guerre totale avec la Russie

 

Par Jason Melanovski

 

La Crimée, une péninsule de la mer Noire, a été annexée par la Russie en mars 2014 à la suite d’un coup d’État d’extrême droite à Kiev, soutenu par les États-Unis.

 

Annonçant cette décision sur Twitter, Kuleba a écrit: «Le signal est clair: nous n’appelons pas seulement le monde à nous aider à récupérer la Crimée, l’Ukraine déploie ses propres efforts concrets et systématiques sous la direction du président Volodymyr Zelensky.»

 

Dans le cadre de sa stratégie des «3 piliers» pour reprendre la Crimée, Kuleba a notamment déclaré que le gouvernement de Zelensky visait la «pleine souveraineté ukrainienne» non seulement sur la Crimée, mais aussi sur la ville portuaire de Sébastopol qui sert de port d’attache à la flotte russe de la mer Noire.

 

Suite aux commentaires de Kuleba, le président ukrainien Zelensky a annoncé via Twitter la création d’une ‘Initiative plate-forme pour la Crimée’, décrite comme «un nouveau format de consultation et de coordination lancé par l’Ukraine pour améliorer l’efficacité de la réponse internationale à l’occupation de la Crimée, répondre aux défis de sécurité croissants, intensifier la pression internationale sur la Russie, prévenir de nouvelles violations des droits de l’homme, protéger les victimes de la puissance occupante et parvenir à mettre fin à l’occupation de la Crimée et à son retour à l’Ukraine.

 

Le premier sommet du groupe nouvellement créé devrait avoir lieu en août et Zelensky a déclaré avoir déjà discuté avec l’UE, le Canada, le Royaume-Uni et la Turquie de la création de ce groupe.

 

Suite à la dissolution de l’Union soviétique, le port de Sébastopol avait été loué à la Russie par plusieurs gouvernements ukrainiens successifs. Sa perte potentielle suite à l’éviction du président Viktor Ianoukovitch en 2014, soutenue par les États-Unis, a été largement considérée comme l’un des principaux facteurs de motivation en Russie pour annexer cette péninsule militairement stratégique. Comme Kuleba et Kiev le savent bien, toute tentative d’imposer la « pleine souveraineté » sur l’un des plus importants ports de la marine russe en mer Noire entraînerait une guerre à grande échelle qui risquerait de déclencher une troisième guerre mondiale.

 

Lundi, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a dénoncé les propos de Kuleba et Zelenski comme une menace à peine voilée de guerre à propos de la Crimée.

 

« Tous les efforts de Kiev pour reconquérir la Crimée sont illégitimes et ne peuvent être interprétés autrement que comme une menace d’agression contre deux sujets russes. Nous réitérons que nous considérerons la participation de tout État ou organisation à de telles activités, y compris l’initiative de la Plate-forme pour la Crimée, comme un acte d’hostilité contre la Russie et un empiétement direct sur son intégrité territoriale », a déclaré Zakharova.

 

L’escalade du conflit entre Kiev et la Russie au sujet de la Crimée survient dans des conditions où l’Ukraine reste embourbée dans une guerre civile dans sa région est, qui dure maintenant depuis près de sept ans.

 

Cette guerre a coûté la vie à plus de 14 000 personnes, en a déplacé 1,4 million et rendu 3,5 millions dépendants d’une aide humanitaire. L’UNICEF a récemment noté que des millions de gens dans la zone de guerre n’ont toujours pas accès à l’eau potable et que certains n’ont pas régulièrement accès à l’eau tout court.  La décision du gouvernement ukrainien fait suite à une série de répressions politiques antirusses et de renforcement des dispositifs militaires qui ont exacerbé la menace d’une guerre totale. En février, le gouvernement Zelenski a fermé de manière antidémocratique trois chaînes de télévision populaires dirigées par le leader de l’opposition pro-Moscou et oligarque Viktor Medvedchuk pour des raisons de «sécurité nationale».

 

Medvedchuk a ensuite été sanctionné et Kiev a continué à accuser les politiciens de l’opposition et les journalistes de « trahison » pour avoir soutenu un règlement négocié avec Moscou sur les régions contrôlées par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine. La répression a été, comme il fallait s’y attendre, condamnée par le Kremlin qui a fait valoir que cela démontrait que Kiev tentait de « résoudre le problème [du Donbass dans l’est de l’Ukraine] par la force ».

 

Des observateurs internationaux dans l’est ukrainien ont récemment signalé une augmentation rapide du nombre de violations du cessez-le-feu par des soldats ukrainiens et des séparatistes soutenus par la Russie. Cette année, déjà 10 soldats ukrainiens ont été tués.

 

Alors que Zelenski a été initialement élu en 2019 sur la base d’un rejet du nationalisme militariste d’extrême droite incarné par son prédécesseur, Petro Porochenko, il adopte désormais une stratégie potentiellement plus irresponsable encore. Beaucoup laisse à penser qu’il est soutenu en cela par les États-Unis.

 

La semaine dernière, un article d’opinion du Washington Post a suggéré que Zelenski avait désespérément besoin de recevoir un appel téléphonique du président américain Joe Biden mais n’en avait pas encore reçu. L’éditorial a soutenu les récentes répressions politiques de Zelenski et l’a exhorté à agir encore plus agressivement contre la Russie. « M. Zelenski a maintenant l’opportunité de forger un partenariat avec M. Biden qui pourrait faire avancer de manière décisive la tentative de l’Ukraine de se libérer de la Russie et de rejoindre l’Occident démocratique. Il devrait en saisir l’occasion », a exhorté la rédaction du journal.

 

S’adressant à Politico, un ancien responsable américain proche de l’administration Biden aurait déclaré : « Il y a du mérite à laisser Zelenski attendre son tour pour recevoir un appel. Il ne lutte pas de toutes ses forces contre la corruption. En fait, les oligarques pro-russes en Ukraine ont acquis un pouvoir immense depuis l’arrivée de Zelenski. Il faut donc être à la fois tendre et dur avec Zelenski lorsque cette conversation en tête-à-tête aura lieu»

 

L’Ukraine est fortement dépendante de l’aide militaire et du soutien des États-Unis dans sa confrontation avec la Russie. Lundi dernier, le Pentagone a annoncé un programme d’aide militaire de 125 millions de dollars pour l’Ukraine, la première distribution d’aide à l’Ukraine du gouvernement Biden. Il reste 150 millions de dollars de financement alloué à l’Ukraine dans le cadre de l’Initiative d’assistance à la sécurité en Ukraine pour 2021, attribuée par le Congrès. Mais cet argent ne sera pas débloqué tant que les départements de la Défense et d’État n’auront pas confirmé conjointement que Kiev a fait des « progrès suffisants » dans les efforts de « réforme militaire ».

 

Bien que Biden n’ait pas encore parlé avec Zelenski, à l’occasion du septième anniversaire de l’annexion de la Crimée par la Russie, la Maison Blanche a publié une déclaration soutenant l’Ukraine dans le différend, déclarant : «Les États-Unis ne reconnaissent pas et ne reconnaîtront jamais la prétendue annexion de la péninsule par la Russie et nous resterons aux côtés de l’Ukraine contre les actes d’agression de la Russie.»

 

L’escalade militaire irresponsable du gouvernement Zelenski est également motivée par une profonde crise sociale et politique en Ukraine même. Son soutien politique a fortement diminué alors que l’économie et le système de santé du pays ont été dévastés par le COVID-19, sans qu’aucun effort significatif de vaccination ne soit en vue.

 

Il y a un réel danger que la classe dirigeante ukrainienne, poussée par une crise intérieure qui s’aggrave, tente de détourner ces tensions internes vers l’extérieur, entraînant une guerre qui menacerait la vie de millions de personnes.

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

20 réflexions sur “Ukraine: faire du tapage à l’Ouest pour attaquer à l’Est

  • 26 mars 2021 à 22 h 04 min
    Permalien

    @ Robert,

    Avec Poutine à la tête de la Russie, il est clair que le harcèlement de la Russie continuera de plus belle… Poutine est le seul encore à vouloir perpétuer la théorie de l’équilibre nucléaire hérité de l’Ex URSS, qui n’intéresse plus les occidentaux, (et qui ne soit même pas la priorité des Chinois) occidentaux qui auraient nettement préféré trader sur les ressources de la Russie a la place, et voir une Russie dont le PIB soit multiplié, des russes plus riches et qu’elle rejoigne leur club fermé de riches de l’hémisphère nord !! or que Poutine qui poursuit une politique stupide qui prétend a la même chose en plus… »intégrer le groupe bilderberg, Rothschilds et compagnie » croit qu’il va y arriver a travers le nucléaire ! ou encore en cultivant une image de milliardaire lui-même… qui plutôt vu comme un megalo dangereux !

    Au fond, il faut se demander si Américains ou Européens ont jamais eu intérêt à fragmenter la Russie au lendemain de la chute du mur…, et s’ils ne voulaient pas simplement la désarmer sur le nucléaire, et s’assurer sa coopération…comme l’Allemagne jadis…. or que la Russie a élu depuis la fin des années 90 un type qui ne représentait personne, qui ne symbolisait aucun changement, et dont le discours ou encore les pratiques ne rassuraient personne dans cet espace immense subitement déstabilisé et livré à l’inconnu…. avec un Poutine à sa tête qui annonçait le règne absolu des oligarques…c’est toutes les ex républiques qui voulaient foutre le camps… y compris l’Ukraine !

    l’élection autrement d’une équipe et d’un chef qui soient nettement plus intelligents à l’époque, ne serait-ce que des symboles populaires avec un minimum de transparence auraient sûrement valu à la Russie non seulement de conserver la plus grosse partie de ses ex républiques, mais un renforcement immédiat de son bloc autour d’elle…. et des gens intelligents ou des symboles aimés de ces peuples à l’époque comme les opposants qui ont quitté le pays, ils en manquait pas en Russie depuis toujours ! ….

    A quoi bon vouloir engager un bras de fer avec les occidentaux lorsqu’on a pas leurs standards économiques et puissances financières, et lorsqu’on travaille à affaiblir les institutions et les universités et toute l’assise scientifique et académique chèrement acquise par l’URSS hier ?! En réalité, la majorité de ces populations, Ukrainiens, Baltes, et même ceux de crimée et autres ressortissants de républiques russes voient Poutine comme un super flic devenu milliardaire qui se fout totalement ou presque de leur sort !

    Comme diraient les Africains, un vieux lion meurt rarement en paix, mais harcelé par les hyènes, et lorsqu’on joue au lion depuis si longtemps comme Poutine… il faudra s’y préparer… !

    Ou alors je me trompe sur toute la ligne… et si c’est le cas, corrigez-moi s’il vous plait !

    Répondre
    • 27 mars 2021 à 17 h 03 min
      Permalien

      @ SAM

      Toi et moi nous n’utilisons pas du tout la même grille d’analyse pour étudier le monde en marche – en évolution – d’ou la difficulté à se comprendre.

      Ainsi tu t’approfondis sur l’étude des personnages (ton obsession à propos de Poutine – Staline – Trump et Biden) alors que moi je n’attache aucune importance ni aux personnages – ni aux caractéristiques populaires.

      Ainsi, selon moi l’éclatement de L’URSS ne relève pas de la personnalité de Gorbatchev – Eltsine – Poutine ou je ne sais qui d’autres. Cet effondrement et cet éclatement était inévitable du moment que l’URSS – un pays capitaliste de type socialiste ayant atteint le stade impérialiste de développement ne parvenait pas à consolider son empire économique que les pays capitalistes classiques lui ravissait de tout bord – de tout côté.

      Les personnages qui ont mené la saga de l’effritement ont été appelé – par l’histoire – par la nécessité – par les contingences – à jouer leur rôle – celui qu’ils connaissaient que les rapports sociaux soviétiques – capitalistes leurs avaient enseigner – celui d’oligarques nationaux chauvins et chacun s’est taillé une croupière dans la mère Russie – 14 pays capitalistes sont surgit de l’ancienne URSS correspondant aux 14 grands groupes ethniques-linguistiques-historiques (bien que l’URSS contenait bien plus que 14 ethnies)

      Autre exemple tirée de l’histoire. Les historiens – politicologues et géostratèges racontaient que le problème aux USA depuis 5 ans c’Était DONALD TRUMP l’homme « imprévisible » (sic). BIDEN le remplace et rien de substantiel ne change dans l’effondrement inévitable de l’empire US – et Kamala Harris le remplacera et les USA continueront à s’effondrer. Les caractéristiques de ces petits kapos- personnages – médiocres sont les reflets des contradictions de ce mode de production moribond qui appel sur le podium ceux qui assurent son évolution historique inéluctable et qui écartent ceux qui s’opposent à cette évolution nécessaire.

      IDEM en Russie – Ukraine – Canada – France etc.

      Robert Bibeau

      Répondre
      • 27 mars 2021 à 17 h 42 min
        Permalien

        @ Robert,

        Et moi, je respecte tes opinions…. même lorsque tu décide de mettre ton chapeau de magicien et me sortir des lapins ou des pigeons dans le genre que tu viens de dire :)))))  »m’attarder sur les personnages… » je dois admettre que tu as plus d’un tour dans ton sac… et tu as presque réussi à semer le doute sur moi-même…. sacré Robert !:)))

        et comme il faut que je sorte avant le  »couvre-feu »… je passe et je t’accorde le score sur celle-la : Robert 1 – Sam 0 :)))

        Répondre
      • 27 mars 2021 à 18 h 10 min
        Permalien

        @ Robert

        « …/… Les caractéristiques de ces petits kapos- personnages – médiocres sont les reflets des contradictions de ce mode de production moribond qui appel sur le podium ceux qui assurent son évolution historique inéluctable et qui écartent ceux qui s’opposent à cette évolution nécessaire.

        IDEM en Russie – Ukraine – Canada – France etc. ».

        C’est exactement ça !
        Une succession de postures qui louvoient entre indécence et dépravation, avec un commun dénominateur :  » la trahison « .

        Le compte à rebours est déclenché depuis 3 ans. Il reste donc 2 ans pour atteindre le « but », et le point de non retour est déjà dépassé.
        Donc, la seule solution consiste en une accélération constante, pour tout défoncer devant soi, ça passe ou ça casse.
        Si, en fin de ligne, le butoir résiste – on peut rêver – alors arrivera l’heure des comptes à rendre, et là, crois-moi, des sacrifiés dans les catégories ministres et consorts, élus, « élites » autoproclamées, prophètes en tous genres, tout comme les simples tontons macoutes…..ça va dérouiller grâve !

        Répondre
  • 27 mars 2021 à 14 h 11 min
    Permalien

    @ Sam

    Tu sais bien que toi et moi ne sommes pas sur la même longueur d’ondes en ce qui concerne Poutine et sa gestion de l’immense Russie. Il te déplaît profondément. De mon côté, je lui trouve des qualités authentiques de chef d’état. Il sait notamment s’entourer de conseillers instruits et intelligents, ce qui n’est pas négligeable.
    A ce sujet, on aimerait un profil similaire chez bien d’autres « artistes » au(x) pouvoir(s), ce qui est loin d’être le cas, mais c’est un autre sujet.

    Il est tout à fait évident qu’on ne gère pas son immense territoire en jouant les enfants de chœur.

    Bien évidemment que la chute du Mur de Berlin, porté par l’Occident, devait rapporter aux « promoteurs » de juteux retours sur investissements. Poutine a freiné quelques ardeurs empressées et usurières, choisissant d’abord l’intérêt de la Russie et des Russes.

    Pour rebondir sur ton axiome africain, un proverbe Bantou dit : « Ne jette des pierres au crocodile que quand tu auras traversé la rivière ».

    Répondre
  • 27 mars 2021 à 14 h 45 min
    Permalien

    Salut Nadine,

    Je respecte ton opinion… mais en ce qui me concerne, je viens d’assez loin pour me permettre  »d’évaluer » un type comme Poutine… , et je me contenterais de ça car il y a une large différence entre les ambitions d’un pays ou d’un peuple, et celles d’un individu qui veut donner l’Impression qu’il comprend mieux que le peuple et connaît mieux les intérêts de ces millions de gens…qui ne demandent qu’à vivre dignement et paisiblement.

    Bref, les russes ne sont pas sorti de l’auberge, leurs voisins des ex républiques non plus… et la théorie de l’équilibre nucléaire est morte et enterrée…. les intérêts qui soient en jeu aujourd’hui sont tout autres et sont mêlés aux intérêts d’individus et de leurs empires de part et d’autres… en Russie et dans le bloc opposé…

    Merci pour ton commentaire Nadine

    Répondre
  • 27 mars 2021 à 15 h 40 min
    Permalien

    @ Sam

    Il faudrait ENFIN construire l’Europe politique
    – et on s’en éloigne considérablement – en évitant les polémiques inutiles.
    Elire au niveau européen un pouvoir démocratique, une armée (un voeux pieux depuis des dizaines d’années), restituer aux nations leurs droits souverains. Cela s’appelle une Fédération.

    Mais voilà, ce canevas ne convient pas plus aux Américains qu’à l’empire Rothschild notamment.

    Enfin, l’Europe va jusqu’à l’Oural, et dans cette immense Sibérie, sont stockées toutes les matières premières dont nous avons besoin. Dealer avec Poutine est la vraie solution à mes yeux.

    Le reste n’est que littérature et atermoiement.

    Répondre
  • 27 mars 2021 à 16 h 22 min
    Permalien

    @ Nadine,

    Justement, la Russie n’est pas l’Europe qui s’arrête comme tu dis à l’Oural, ce débat a divisé les Russes  »européens » des autres depuis de 19ème surtout, puis a été presque totalement tu pendant le règne de l’URSS, mais il a repris encore aujourd’hui… et Poutine lui-même s’aligne sur le clan soviétique qui considère la Russie comme non européenne, mais euro-asiatique, avec une tendance de vouloir l’inscrire dans une dynamique asiatique qui elle est plus prometteuse et veut se définir comme anti-impérialiste. Or que la Russie en réalité est assise sur un paquet de problèmes que ne sont pas encore remonté à la surface… cet immense espace à l’Est de l’Oural qui constitue les trois quarts de la Russie est revendiqué en partie par des pays (comme la mongolie) et en grande majorité par des autochtones et des premières nations comme c’est le cas au Canada ou aux états-unis…. et pour compliquer le tout, il faut se rappeler que la révolution Russe s’est faite sur les frontières de la Russie Tsariste ou l’ex empire Russe…qui lui, n’a jamais demandé son avis à quiconque ! les Russes d’ailleurs sont très conscients de ces enjeux dans leur politique intérieur et Poutine travaille justement afin de ne pas réveiller de velléités souverainistes ou autonomistes partout en Russie et pas que dans ce territoire.

    Je lisais il y a un mois un truc détaillé sur cette histoire qui est au centre des débats sur l’identité et les enjeux politique en Russie, si je le retrouve, je vais te le poster ici… il est super bien écrit et détaillé en plus.

    Pour ce qui est de l’Europe, il faut présumer que les européens sont divisés sur un projet comme tu décris, et je doute qu’on puisse rêver d’une Europe des peuples qui convoite les richesses de la Russie… mais ceci est un vaste sujet encore….

    et j’espère que tout ceci ne te servira pas d’excuses pour me tourner le dos lorsque je vais débarquer a Ténérife en maillot et chemise hawaïens ! :)) …. te taquines….

    Répondre
    • 27 mars 2021 à 18 h 35 min
      Permalien

      @ Sam

       » …/… j’espère que tout ceci ne te servira pas d’excuses pour me tourner le dos lorsque je vais débarquer a Ténérife … ».

      Nous ne pouvons que nous en réjouir parce que ce jour-là voudra dire qu’à mon tour je pourrai débarquer en Ontario où des êtres chers m’attendent.
      En attendant ces retrouvailles sympathiques, il est agréable de pouvoir discuter voire disputer politique dans le salon de Robert.

      Répondre
      • 28 mars 2021 à 10 h 34 min
        Permalien

        @ Nadine, c’est pas l’Ontario mais le Québec ! faudrait qu’on survive à cette pandémie d’abord, car je commence moi aussi a suspecter la Chine de nous avoir concocté ce truc… toute ma famille au Bled est alitée, tous ont reçu un diagnostic positif de Covid… et tous ont déjà pris le vaccin ! … tout ceci est franchement merdique et hautement inquiétant… puisque moi aussi je traîne une sale grippe depuis deux semaines… qui ne veut pas me lâcher… !

        Répondre
        • 28 mars 2021 à 11 h 20 min
          Permalien

          @ Sam

          Mes proches vivent en Ontario 😉 et rassure-toi je fais la différence entre le Québec et l’Ontario. J’ai déjà parcouru les deux provinces avec intérêt et plaisir.

          Quant au reste de ton post, sinon rappeler que depuis des centaines d’années, la grippe est de saison. Rien de bien spécial ni de révolutionnaire dans ce contexte.
          Remets-toi vite et bien.

          « …/…toute ma famille au Bled est alitée, tous ont reçu un diagnostic positif de Covid… et tous ont déjà pris le vaccin ! …  »

          Voilà qui est nettement moins rassurant. C’est fou ce que le « vaccin » a pu générer comme pathologies annexes. Variant et tutti quanti.

          Une singulière activité politique.

          Répondre
          • 28 mars 2021 à 11 h 25 min
            Permalien

            @ Nadine,

            Suite de la conversation dans le billet d’humour que vient de poster Robert… Les médias corrompus… j’y ai laissé un commentaire et je voudrais ton avis la-dessus !

            (PS :Pour ce qui est de la famille, c’est un peu moins marrant quand deux personnes en particulier ont déjà une santé très fragile…. c’est très ennuyeux tout ça)

  • 28 mars 2021 à 11 h 32 min
    Permalien

    Sam

    « Les médias corrompus ».

    File-moi le lien.

    Je reçois TOUJOURS les billets de Robert 24 heures après vous. Je ne sais pas pourquoi mais je le constate en voyant l’heure et la date de quelques commentaires, notamment les tiens.
    Merci !

    Répondre
  • 28 mars 2021 à 16 h 52 min
    Permalien

    @ NADINE et @ SAM et aux autres

    BILAN covid-19

    Dès les mois de décembre 2019 et -janvier-février 2020 nous avons publié plusieurs éditoriaux sur cette épidémie de COVID-19… en mars 2020 l’OMS- terroriste – déclarait cette épidémie une PANDÉMIE mondiale alors que seulement une quinzaine de pays étaient touchés (sur 200) et peu de morts étaient enregistrés (Pourquoi demandions-nous ?)

    1) Nous y affirmions alors que le SRAS-cov-2 originait du laboratoire de recherche militaire d’armes bactériologiques de Whuhan (type sécurité maximum P4) et nous indiquions que 42 labo de recherche militaire d’armes virales à gain de fonctions sévissait dans le monde. Voilà un véritable problème pour le prolétariat international.

    2) Dès cette époque nous refusions d’adhérer à la thèse du relâchement volontaire de ce virus dans la population chinoise et nous penchions pour la thèse d’une exfiltration accidentelle. Pour nous disions-nous cette question accidentelle – intentionnelle était secondaire et sans grande importance pour le prolétariat mondial. L’existence même de tels laboratoires militaires est le problème.

    3) La réaction drastique de la Chine qui la première imposa un confinement dément à 60 millions de sa population (sur 1300 millions) indiquait que les experts chinois connaissaient pertinemment la nature du virus mais ne connaissait pas quels pouvaient être son pouvoir de contagion et ses effets secondaires.

    4) aujourd’hui, nous pouvons constater que les chinois ont posé rapidement et efficacement les bons gestes de lutte contre cette épidémie (construction de milliers de lits d’hôpitaux – chercher des traitements plutôt que d’attendre un miraculeux vaccin – ne pas intuber tous ceux qui avaient des difficultés à respirer – protéger-isoler les malades et ne pas détruire l’économie du pays – et surtout ne pas entretenir un vent de panique parmi la population à propos de ce virus que la science peut vaincre et qui ne fait pas tant de ravage que ce que les médias bourgeois laissaient et laissent encore croire.

    5) Dès le début de cette hystérie pandémique en occident NOUS avons dénoncé le vent d’hystérie et de panique entretenu par les médias bourgeois. Les médias à la solde du capital pratiquaient en cela leur journalisme jaune habituel. Pour eux l’information est une marchandise comme une autre… y compris le complotisme, l’hystérie et la peur font faire de la copie, de l’audimat et des profits.

    6) Dès mars 2020 nous avons rejeté sans hésitation toutes théories conspirationnistes-complotistes pour expliquer cette épidémie circonstanciée.

    7) Dès mars 2020, nous avons souligné que de lits d’hôpitaux était un problème récurant issu des politiques d’austérité pratiquer par TOUS les gouvernements dans le monde (y compris en Chine) conséquence obligée de la crise économique systémique du mode de production capitaliste – particulièrement après la crise de 2008.

    8) DÈS l’annonce des premiers confinements nous avons dénoncé ces tactiques de lutte moyen-âgeuse qui plongeaient les travailleurs, les pauvres, les démunis ainsi que la petite-bourgeoisie dans la pénurie et la misère que nous pouvons observés aujourd’hui, et ça ne fait que commencer.

    9) Nous pensions alors (avril 2020) que ces tactiques de confinement et de répression – régression sociale – étaient dictées (sont encore dictées en avril 2021) – par l’ignorance – la confusion – la panique entretenue, et par la bureaucratie hiérarchisée paralysante dont se sont dotés les pays capitalistes décadents. Le monde médical ne fait pas exception à cette règle.

    10) Le grand capital mondial disions-nous alors n’a pas souhaité cette guerre virale qui lui est tombée dessus alors qu’il n’y était pas préparer et dans l’ensemble les capitalistes n’augmenteront pas leur capitalisation RÉELLE suite à cet affrontement dont tout le monde sort perdant… la classe prolétarienne davantage que toutes les autres.

    11) Cependant le grand capital mondial a appris de cette GUERRE VIRALE et il se servira de cette expérience pour préparer la prochaine guerre virale à venir. En effet, il appert que la prochaine guerre ne sera pas initialement nucléaire mais le deviendra après des escarmouches virales et/ou bactériologiques.

    12 ) Le prolétariat internationaliste doit A) continuer à résister aux attaques économiques (confinements et hausses des taxes et multiples contraventions) et aux attaques politiques-sociales-juridiques dictatoriales qui s’abattent sur lui (masques, vaccination obligatoire, passeport sanitaire, abeas corpus abolit, etc.) B) par cette résistance affirmer son droit à la paix et son refus de la guerre de conquête de nouveaux marchés par leur capital national étranglé.

    Répondre
  • 29 mars 2021 à 0 h 44 min
    Permalien

    @ Robert
    @ Sam

    Il y a une vraie convergence qui saute aux yeux : ce sont les relations entre sciences et politique, et sciences et finance (ce qui revient souvent à la même chose, tant les institutions politiques sont ficelées par les entités financières). L’élite de contrebande.
    Ces relations sont au cœur de presque tous les sujets fondamentaux auxquels nos sociétés sont confrontées.

    Il y a néanmoins une fracture ouverte entre les scientifiques de terrain, ceux qui appliquent l’intuition, le pragmatisme et la méthode (observations, hypothèses et vérification), et les « nouveaux » scientifiques, ceux qui, dans leurs bureaux, triturent des données existantes et modélisent à tour de bras.

    Les premiers sont en général discrets, modestes, et sujet au doute, en bons scientifiques.
    Les autres ont le temps de passer sur les plateaux, d’investir les administrations et les ministères pour vendre leur daube et récolter des crédits. Ils finissent par faire croire au public représenter un consensus, ou du moins le faire croire.

    La « modélisation » en sciences est devenue une sorte de boule de cristal prédisant l’avenir.
    Comment ne pas observer que les modèles climatiques prédisent un monde toujours plus chaud, alors qu’en réalité, le réchauffement est modéré. Les prédictions d’il y a 20 ans se sont toutes révélées exagérées. Mais cela ne semble gêner personne dans les institutions.

    De même, les modèles épidémiologiques, comme ceux de l’Imperial College de Londres, ont toujours été tout faux, de la vache folle aux coronavirus. Mais on continue à les utiliser… surtout, d’ailleurs, pour expliquer, après coup, pourquoi on a eu tout faux.

    Répondre
  • 29 mars 2021 à 2 h 22 min
    Permalien

    Dis donc Nadine…. je suis impressionné par ce dernier commentaire ! :)) bien vu ! dans le mille !

    bon la, faut que j’aille somnoler un peu tout de même… faut pas déconner !

    A plus !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *