Liban-Israël: Tirs croisés sur le Hezbollah

RENÉ NABA — Ce texte est publié en partenariat avec www.madaniya.info.

.

Le Hezbollah libanais fait l’objet d’un tir croisé de la part de médias français et israéliens, début février 2023, coïncidant avec la visite à Paris du premier ministre controversé israélien Benyamin Netanyahou à la veille de la réunion à Paris du comité tripartite (France, États-Unis et Arabie Saoudite) en vue de débloquer l’impasse prévalant au Liban du fait de la vacance du pouvoir présidentiel libanais.


L’objectif de cette guerre médiatique est quadruple :

  • Détourner l’attention sur le comportement des autorités d’occupation israéliennes dans la répression anti palestinienne.
  • Faire pression sur la formation paramilitaire chiite en vue d’assouplir sa position et de consentir à l’élection d’un président libanais agréé par les Occidentaux et les pétromonarchies
  • Détourner l’attention sur la fabrication du Captagon par les groupements islamistes, alliés objectifs de l’Otan, et sa commercialisation dans les pétromonarchies du Golfe, au point qu’un membre de la famille royale saoudienne croupit dans une prison à Beyrouth, depuis une dizaine d’années, pris la main dans le sac.
  • Préparer l’opinion internationale à une action hostile contre l’Iran en vue de réduire la pression sur l’Ukraine

Le tir croisé

Tour à tour, la chaîne I24 News a diffusé le mercredi 1 er Février 2023 un documentaire présenté comme étant une enquête exclusive révélant les réseaux de financement du Front Polisario et ses liens avec le Hezbollah.

La chaîne d’information internationale du groupe Altice a diffusé ce documentaire dans le cadre du magazine «Défense» présenté par Matthias Inbar, à la veille de la venue à Paris du premier ministre israélien pour un dîner avec le président Emmanuel Macron. En s’appuyant sur des notes d’agences de renseignement et sur des rapports de la garde civile espagnole, i24NEWS affirme avoir divulgué l’identité des responsables du financement du Front Polisario et en a expliqué les mécanismes via la «Hawala Tirs», un réseau informel de transfert de fonds, précise la chaîne dans une note d’information.

Lors du reportage, des comptes bancaires en Irlande et en Espagne ainsi que différents réseaux de blanchiment d’argent vers l’Europe, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite ont été dévoilés, ajoute I 24 News.

Par ailleurs, I24 NEWS a prétend avoir pu démontrer l’existence des liens étroits qui unissent le Front Polisario et l’organisation chiite libanaise, le Hezbollah. En effet, une vidéo montre la rencontre entre l’un des responsables de la «Hawala Tirs», qui finance le Front Polisario, et un homme d’affaires libanais des «Qard El hassan», réseau de blanchiment d’argent du Hezbollah, précise le service de presse de la chaîne, animé par Alexandre Dawidowicz et
Sarah Cohen-Chappoux.

A noter que le Front Polisario est le sujet ultra sensible du Royaume chérifien, qui a justifié la décision de Rabat, d’officialiser ses relations jusque-là clandestines avec l’Etat Hébreu.

.

Le documentaire de la chaîne française.

Le documentaire diffusé sur la 5 «L’enquête interdite»- programmé pour le 5 février- aborde la même thématique, mais ce qui a retenu davantage l’attention des observateurs est l’identité d’un des co-auteurs du reportage, une journaliste marocaine, Sofia Amara, qui avait défrayé la chronique judiciaire française dans la décennie 1990. Un feuilleton judiciaire qui a tenu en haleine la corporation journalistique pendant plusieurs années par ses multiples rebondissements en ce que l’affaire portait sur l’un des premiers cas de «harcèlement sexuel» dans les annales judiciaires françaises.

Véritable bataille d’Hernani, ce procès a opposé les partisans de la journaliste marocaine, fille d’un haut fonctionnaire du Trône, à son supérieur hiérarchique.

Ses partisans soutenaient que son directeur avait procédé à un abus de position dominante en se livrant à son harcèlement. Ses détracteurs, jugeant sa promotion météorique – de stagiaire à grand reporter en l’espace de quelques mois, avant son licenciement pour incompétence- ont incliné à penser qu’il s’agissait d’une affaire de «promotion extra professionnelle, connue sous le vocable de “promotion canapé” ou plus simplement d’un dérèglement mental du Directeur aveuglé par sa logique passionnelle. Un vaudeville qui a mal tourné en somme et qui vaudra à la station d’être phagocytée par sa rivale et de draper son honorabilité par un nouveau nom immaculé.

.
Le précédent d’Yves Mamou

Au début de la guerre de Syrie, en 2011, un ancien journaliste du Monde, reconverti à sa retraite dans un tropisme pro israélien, M.Yves Mamou, avait entonné la même rengaine, présentant le Hezbollah comme le «Pablo Escobar du Moyen Orient».

L’auteur avait omis de mentionner que la triade qui alimente l’Europe de stupéfiants était nullement chiite mais sunnite constituée du Haschich marocain, de la drogue d’Albanie et de Bosnie enfin la coke du Mali.

L’affaire était cousue de fils trop blancs. Le livre d’ Yves Mamou a fait pschitt, bénéficiant d’un compte rendu exclusivement dans des journaux de la communauté juive de France.

Une question demeure toutefois: Pourquoi un tel acharnement sur le Hezbollah? Pourquoi le Maroc.
En établissant un lien entre le Hezbollah et le Polisario, la chaîne israélienne a-t-elle voulu justifier la décision du Roi du Maroc, par ailleurs Président du Comité d’Al Qods, d’officialiser ses relations avec un état gouverné par une frange suprémacistes éradicatrices des Palestiniens? Au point que le journal Le Monde n’a pas hésité à qualifier Israël -ah le mot tabou- de «Démocratie illusoire» ?

Une opération de diversion alors que la rue marocaine bruisse de manifestations hostiles à la «normalisation», comme a tendu à le démontrer l’équipe marocaine de Football lors de la coupe du monde au Qatar hissant le drapeau palestinien – et non marocain à son accession à la demie finale? Un camouflet évident à l’encontre de leur souverain.

.

Pourquoi le Hezbollah ?

Cauchemar de l’Occident, bête noire des Saoudiens et des Israéliens, le Hezbollah fait l’objet d’une manœuvre d’étranglement visant à neutraliser la seule structure arabe à tenir tête tout à la fois aux États-Unis, à Israël et à la dynastie wahhabite.

Le seul à constituer une menace directe pour Israël en ce qu’il est seul acteur arabe disposant d’une base opérationnelle limitrophe d’Israël, à l’exception de la Syrie, hors service du fait d’une guerre intestine, et du Hamas, un moment en phase d’égarement révolutionnaire dans la foulée de son ralliement aux pétromonarchies du Golfe et l’installation de son quartier général à Doha (Qatar), à 30 km de la base américaine du Centcom.

Des trois partenaires de l’axe de la contestation à l’hégémonie israélo-américaine (Iran, Syrie, Hezbollah), l’axe subliminale du mal dans la stratégie atlantiste, le 3me acteur présente le meilleur rendement en terme de rapport qualité prix, la meilleure rentabilité opérationnelle en terme d’efficacité en ce que l’Iran (80 millions d’habitants, puissance du seuil nucléaire et autonome géographiquement) constitue un aléa stratégique pour une attaque occidentale et la Syrie, un aléa politique, pour les multiples répercussions que l’effondrement du pouvoir d’état pourrait entraîner pour son environnement. L’anéantissement politique ou militaire du Hezbollah figure dans toutes les démarches de la diplomatie occidentale depuis le début du soulèvement populaire en Syrie, en 2011.

Il est à craindre que cette nouvelle tentative ne connaisse le même sort que la précédente tentative matérialisée par la création d’un Tribunal Spécial sur le Liban (Tribunal Hariri), discréditant durablement ses promoteurs –la France et les États-Unis –, propulsant entre temps, le Hezbollah au rang de grand décideur régional.

.

POUR ALLER PLUS LOIN

2 réflexions sur “Liban-Israël: Tirs croisés sur le Hezbollah

  • 21 février 2023 à 1 h 51 min
    Permalien

    L’histoire que nous allons relater maintenant est l’événement le plus extraordinaire qui se soit produit pendant le cours de l’évolution humaine.
    Et ce n’est pas un fait circonscrit dans un temps donné, limité à une période de l’histoire, spécial à un peuple, c’est la conséquence inéluctable du rayonnement d’un cerveau, surgi dans un passé lointain, qui a grandi dans le temps et a eu un retentissement immense dans la vie des générations qui se sont succédé à la surface de notre planète. Les conséquences morales, sociales, religieuses qu’il a eues dans le passé, sont la cause de nos luttes actuelles. Et cela prouve l’inconcevable puissance que contient l’idée, quand un germe jeté dans le monde y est fécondé par la lutte des hommes.
    Nous allons voir un livre, le Sépher, dont nous ne connaissons plus qu’une partie, mais qui, dans sa rédaction originelle, ne devait pas dépasser l’importance d’un ouvrage moderne de 150 à 200 pages, arriver à une fortune si extraordinaire que la moitié de l’humanité connaît aujourd’hui l’existence de cet ouvrage séculaire par la version grecque qui en a été faite et qu’on a appelée la Bible.
    D’où vient le succès de ce livre ? Quelle fut la cause du grand mouvement qu’il suscita ? Comment les idées déposées en ces pages ont-elles soulevé tant de discussions, fait naître des passions si diverses ? Pourquoi ont-elles traversé les âges, pénétré en tant de pays, régi tant de peuples, servi de bases aux religions les plus répandues, en même temps que ces mêmes idées, dans leur forme première, étaient soigneusement cachées dans le symbolisme des sociétés secrètes ?
    C’est ce que nous allons étudier.
    Nous allons soulever le voile des antiques Mystères, créer une exégèse nouvelle (mais sûre), effrayer les timorés ! Peut-être, provoquer la négation des sceptiques ! Sûrement, soulever des colères en même temps que des enthousiasmes ! Sans doute, mais qu’importe ? L’erreur a trop longtemps duré, l’heure est venue de tout dire, et nous sommes assurés d’intéresser, dans tous les cas, le public intelligent qui, sans se mêler aux luttes religieuses, regarde en curieux les choses qui passent.
    Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/delisraelismeaujudaisme.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *