La 4e guerre mondiale a-t-elle commencé? (2e partie)

La semaine dernière, nous avons démontré, chiffres à l’appui, que l’empire Américano-Atlantique s’effondrait économiquement créant les conditions objectives de son assujettissement à travers une quatrième Guerre mondiale inévitable: https://les7duquebec.net/archives/255077.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
27.05.2020.4ewar-English-Italiano-Spanish

This article is available in Português on this blogue:
https://queosilenciodosjustosnaomateinocentes.blogspot.com/2020/05/a-4-guerra-mundial-ja-comecou-2-parte.html

La superpuissance américaine ex-hégémonique et ses alliés essoufflés ont engagé une guerre à finir, une guerre perdue d’avance, contre le challenger – l’Alliance de Shanghai dirigée par la Chine. À «l’Autoroute de la soie» chinoise, projet d’investissement  multimilliardaire (mille milliards de dollars en trente ans), l‘Amérique oppose les plateformes numériques des Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), pesant 50% de la valeur cumulée des grandes corporations du Dow Jones sur Wall Street. Ce que l’Oncle Sam ne soupçonne pas encore c’est que ses gladiateurs se rallieront au vainqueur au cours de la bataille qu’il ne peut gagner, pas plus que les puissances de l’Axe où l’Empire soviétique ne pouvait vaincre la puissance Étatsunienne ascendante produisant en son temps la moitié des produits industriels de la planète.

Des internautes un peu naïfs ont argué qu’ils n’avaient pas vu passer la 3e Guerre mondiale, et qu’à ce jour, aucune bombe nucléaire n’avait détruit le Capitole, l’Élysée, le Kremlin ou Pékin, ce qui pour eux marquerait le commencement d’une nouvelle guerre mondiale…

Le Rideau de fer et la Guerre froide

Le monde change comme l’ont montré les événements du 11 septembre et comme l’illustrent la pandémie virale et le confinement policier meurtrier. La 3e Guerre mondiale a été annoncée par un discours historique prononcé en 1946 par le criminel de guerre Winston Churchill. Dans ce discours,  véritable déclaration de guerre, Churchill annonçait que l’Occident impérialiste allait ériger un Rideau de fer et organiser le blocus économique total contre l’empire soviétique. Il faut se rappeler qu’à Yalta (1945) les deux camps impérialistes vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale avaient mis la table pour la 3e Grande Guerre en se partageant le monde, comprenant les empires allemand et japonais défaits, et les restes des empires français et britannique déglingués. À compter de ce jour macabre, les deux camps impériaux s’affrontèrent  sur terre, sur mer, dans les airs et dans l’espace. La confrontation fut totale et globale: militairement, tantôt directement (missiles de Cuba, Corée), tantôt par l’entremise d’armées affidées et de mercenaires sponsorisés par l’un et par l’autre camp (Al-Qaïda vs moudjahid).

Cette guerre militaire, de «basses intensités» (sic), se doubla d’une guerre commerciale, technologique, juridique, diplomatique, sociale et politique acharnée dont l’humanité connut le dénouement le 26 décembre 1991 par l’effondrement de l’empire soviétique et le démantèlement de l’URSS. Les historiens bourgeois, des humoristes avant l’heure, appelèrent cette guerre mondiale meurtrière, dont les pays du tiers monde firent les frais sacrifiant des millions de combattants et des millions de civils innocents (Corée, Vietnam, Cambodge, Laos, Inde, Chine, Bangladesh, Pakistan, Moyen-Orient, Angola, Mozambique, Algérie, Cuba, Nicaragua, Chili, Amérique latine, etc.) la Guerre froide (sic).

Après l’effondrement de l’un des deux belligérants, experts, thuriféraires, géo politicologues et autres plumitifs stipendiés proclamèrent que désormais: «le monde ne sera plus jamais le même. Nous sommes entrés dans le monde unipolaire du chaos (sic). L’humanité sera régie par un nouveau paradigme (resic)» et autres fadaises dithyrambiques. S’ensuivit une période de transition. L’empire américain bomba le torse et poursuivit sa descente aux enfers de la délocalisation industrielle, du gonflement de ses déficits catastrophiques, concurremment à la dévaluation de sa monnaie fétiche, illustration de sa faillite économique sous le «paradigme» capitaliste mondialisé. Nous avons abondamment illustré cette faillite économique dans notre éditorial précédent : «La 4e Guerre mondiale a-t-elle commencé? (1re partie)» https://les7duquebec.net/archives/255077

Ainsi va l’économie, ainsi vont les services de santé

On doit rappeler qu’ainsi va l’économie – ainsi va la politique, l’idéologie, la société, le système de santé, le système juridique, la diplomatie et la guerre. Jamais sous le mode de production capitaliste le capital ne sacrifiera le profit – son sang et sa vie – pour privilégier la vie et la santé des citoyens quoiqu’en pense la petite bourgeoisie tétanisée. Si vous propagez cette illusion, c’est que le système vous a dupé.

Il y a donc anguille sous roche quant à l’amorce de cette 4e Guerre mondialisée – interimpérialiste – médias à la solde et ploutocrates fredaines cette rengaine: «Il vaut mieux paralyser l’économie, perdre les profits, jeter des millions de travailleurs – producteurs de plus-value à la rue; il est préférable d’affamer des millions d’ouvriers saqués que de laisser mourir un malade du coronavirus!»  N’est-ce pas ces malotrus, riches de milliards de dollars, qui ont attisé les guerres locales qui émaillent notre quotidien depuis le krach de 2008 et l’élection de Donald Trump à la tête de l’empire moribond? N’est-ce pas ces ploutocrates qui ont imposé les politiques d’austérité qui ont démembré les services hospitaliers? On ne voit aucune différence entre le monde d’hier et celui d’aujourd’hui… entre le «paradigme du chaos» d’hier et celui d’aujourd’hui. Comme ce monde post-Guerre froide et post-11 septembre ressemble à s’y méprendre à celui qui l’a précédé! Parions sans risque de nous tromper que le monde qui succédera à ce confinement policier meurtrier ressemblera à celui d’avant la pandémie.

À qui profite le crime?

Pour comprendre ce paradoxe où des criminels de guerre prétendent sacrifier leurs profits pour sauver la vie on me suggère de tenter de résoudre le dilemme: «À qui profite le crime?» Je me méfie de cette question, car elle insinue que tout cela procède d’une volonté maléfique – réfléchie – planifiée – conspirationniste, manipulée par une secte de ploutocrates qui mènerait le bal depuis le commencement, ce commencement n’étant pas l’apparition du Covid-19 (échappé ou exfiltré des laboratoires militaires de recherche d’armes nouvelles). Cette 4e Guerre mondiale a commencé par la crise financière de 2008 – suivi de l’élection de Donald Trump à la tête de l’empire Atlantique en décrépitude. Donald Trump a été propulsé à ce poste en tant que réponse du grand capital américain à sa débandade bancale. Nous avions expliqué dans le livre «La démocratie aux États-Unis. Les mascarades électorales» (2018) https://les7duquebec.net/archives/231044,  pourquoi et comment Trump,  le polichinelle, constituait le dernier espoir pour contrecarrer le développement mécanique des contradictions antagonistes au sein du mode de production capitaliste moribond.

 Il faut se rappeler que le moteur principal d’un mode de production est la contradiction antagoniste qui oppose le développement des moyens de production (comprenant les forces productives salariées) et les rapports sociaux de production, qui à un moment donné sont trop étroits, trop restreints, et sont incapables de contenir et de laisser s’épanouir les moyens de production et les forces productives modernes, numérisés, robotisés.

C’est dans ce contexte, transcendant les complots et les comploteurs, dirigé par les contingences économiques – politiques – sociales qu’est survenue cette pandémie volontaire ou accidentelle – c’est  sans importance du point de vue de la lutte de classes et de l’analyse historique de classes puisque sous un mode de production dominant c’est la classe dominante qui assume la responsabilité du développement des rapports sociaux de production. Ainsi, si au cours de cette pandémie il a fallu imposer le confinement policier c’est pour réduire la pression sur le système hospitalier victime de l’austérité imposée par le système économique et relayé par les capitalistes en faillite, et toute la compassion du monde n’y changera rien.

Comprendre et expliquer cette 4e Guerre mondialisée

Comment expliquer cette 4e Guerre mondialisée? Elle épouse différentes formes: militaire conventionnelle en maint endroit – guerres aux djihadistes autoproclamés, guerres diplomatiques, guerres commerciales et blocus financier, guerres juridiques pour ratifier ou raturer des traités, guerres sociales pour mâter les révoltés, guerres politiques pour élire des polichinelles stipendiés, guerres monétaires pour sauver le dollar dévalorisé ou le remplacer par l’étalon or convoité, guerre boursière et financière, guerre virologique et bactériologique, guerre numérique pour imposer le 5G, et retour à la menace de guerre nucléaire. https://www.msn.com/fr-ca/actualites/monde/washington-%c3%a9voque-un-projet-d-essai-nucl%c3%a9aire-le-premier-en-28-ans/ar-BB14uY9r?ocid=msedgdhp

À cette étape, qu’est-ce qui pousse le système économique vers le confinement policier  meurtrier et j’oserais dire suicidaire, en apparence du moins? Ce qui précipite le système vers son effondrement ce n’est pas cette pandémie limitée (5 millions d’infectés en 6 mois de contagion sur 7,7 milliards d’individus). Des victimes dont se moquent les milliardaires et leurs mandataires politiques. Ce qui a fait monter d’un cran l’intensité de cette guerre impérialiste qui ne dit pas son nom c’est l’usage d’une arme létale virologique (insidieuse et invisible) et surtout le confinement policier – drastique à laquelle la populace s’est soumise avec complaisance (!) tolérant même d’être fichée, espionnée, dénoncée, verbalisée, réprimée, et emprisonnée.

Il est aisé de comprendre la soumission des populations tétanisées – programmées – à  la tactique du confinement policier – étant donné la propagande hystérique subie et l’évanescence de la menace virale invisible. Cette adhésion durera tant que le chômage de masse, les expulsions de résidence, les faillites personnelles et la famine de masse n’auront pas frappé durement tous les continents et pas seulement l’Inde, l’Asie et l’Afrique comme habituellement. Il nous reviendra alors d’exposer au prolétariat subjugué que cette misère globale, mondiale, largement répandue n’est pas le fruit de la fatalité, mais la conséquence funeste de l’échec d’un système économique inadéquat – irrécupérable – non réformable – que l’homme doit abolir pour en construire un nouveau adapté aux immenses moyens de production que nous avons édifié collectivement.

Par contre, il est difficile de comprendre et d’expliquer  le mutisme de secteurs économiques entiers qui auront du mal à se relever de ce confinement meurtrier tel le tourisme,  la restauration, l’hôtellerie,  les croisiéristes,  les voyagistes, le transport aérien, l’immobilier,  l’assurance, l’automobile (1/4 de l’économie mondiale), l’aéronautique, l’aéroportuaire,  le portuaire, le vêtement,  etc., etc. sans compter la terrible récession économique qui frappera tous les secteurs d’activité, et toutes les classes sociales, les prolétaires et leurs maîtres.

Il faut toutefois admettre que chaque grande guerre mondiale porte ses conséquences, ses restrictions, ses dépréciations et ses déprédations que tolèrent les secteurs économiques capitalistes, et qu’endure la chair à canon prolétarienne. Les nouvelles armes virologiques létales tuent le capital variable excédentaire (les salariés)  sans détruire le capital constant nécessaire (la machinerie et les robots numériques dispendieux). À chaque guerre ces destructions ont apporté la reconversion et la reconstruction du mode de production capitaliste autour d’un nouvel axe de productivité et de rentabilité, ce que la go-gauche appelle pompeusement un nouveau «paradigme» (sic). L’histoire se répète en empruntant parfois d’étranges méandres.

Finalement, «À qui profite le crime?» Au régime économique capitaliste comme mode de production qui par des destructions inimaginables – se sera refait une virginité pour relancer l’exploitation et l’aliénation du travail salarié seule source de plus-value, le sang vivifiant du capital vampirique.

 

Que faire alors ?

Faut-il s’interroger à propos de l’origine chinoise ou américaine du Covid-19 ? Faut-il chercher un bouc émissaire : Macron, Trump, Xi Jin Ping, Merkel ou Trudeau ? Assurément non ! S’il était aussi facile de se sortir de ces crises économiques endémiques  et de ces guerres sans fin que de voter pour un nouveau larbin, on le saurait depuis longtemps, puisque nous sommes invités à voter futilement depuis des années. Cette nouvelle guerre mondialisée offre aux prolétaires l’opportunité de prendre leurs distances vis-à-vis l’État fétiche adulé par la petite bourgeoisie paupérisée. Il faut cesser de compter sur l’État fétiche des riches. Il faut le déconstruire et ainsi désarmer les ploutocrates et leurs laquais, abolir leurs assignations et détruire leurs fonctions. Après ceci, tout un monde sera à construire, non pas un pseudo Nouvel ordre mondial fondé sur les mêmes lois du capital… mais un Nouveau Monde sans capital. https://les7duquebec.net/archives/254560

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

20 pensées sur “La 4e guerre mondiale a-t-elle commencé? (2e partie)

  • 27 mai 2020 à 3 h 09 min
    Permalink

    Le pire est qu’a Yalta, Staline s’est bien payé la tête de tous ces adversaires, ils les faisaient surveiller, suivre, écouter, enregistrer, mis des micros partout… c’est à croire que Churchill ni Roosevelt pouvaient à peine aller aux chiottes et ne pas être suivi ! Staline obtiendra à Yalta tout ce dont il a rêvé en influant et manipulant les négociations en fonction de l’évolution des discussions internes de ses adversaires qu’il connaissait par cœur dans les minutes ou heures qui suivirent ! Après Yalta, ils sont retourné chacun dans leur pays avec le sentiment du devoir accompli en plus ! celui d’avoir créer un ordre mondial qui à ce jour en réalité continue de façonner le monde et l’inonder d’injustices et d’inégalités !

    Répondre
    • 27 mai 2020 à 8 h 27 min
      Permalink

      @ Sam

      Ne versons pas dans l’anecdotique… et le commérage. D’abord, les criminels de guerre Churchill et Roosevelt savaient pertinemment être espionnés y compris aux chiottes – ou alors ces tueurs en série ne méritaient pas de représenter leur classe sanguinaire.

      Ensuite, qu’importe que Staline – un autre tueur en série – ait écouter leurs conversations – fadaise et stupidité au regard des intérêts mondiaux en jeu – du sort de milliards d’individus enrégimentés sous la bannière de ces deux camps capitalistes antagonistes (le camp capitaliste « libéral » VS le camp capitaliste « totalitaire socialiste » alors que le camp capitaliste « totalitaire » fasciste-militariste s’effondrait (1945)

      La seule préoccupation que nous devrions avoir aujourd’hui c’est comment allons nous soulever le prolétariat internationaliste contre les manigances du camp capitaliste Atlantique pseudo « libéral » VS le camp Asiatique « autoritaire-totalitaire » sinon le prolétariat se retrouvera encore une fois chair à canon puis chair à patron.

      Robert Bibeau

      Répondre
      • 27 mai 2020 à 10 h 10 min
        Permalink

        @ Robert
        @ Sam

        Il faut tout de même reconnaître que c’est l’armée soviétique qui a mis fin à la seconde guerre mondiale en Europe.
        Staline a exploité la situation du moment, notamment avec Yalta.

        Mais à cette époque, si les gouvernants planchaient sur la reconstruction européenne, ils étaient assurément absorbés par l’effondrement de l’économie américaine, ce dont l’Histoire parle moins.

        En 1945, Truman succède à Roosevelt et le Plan Marshall est alors en gestation.
        Des centaines de bateaux chargés de matériaux de construction quittent les USA pour l’Europe, ce qui a permis notamment aux Américains de se reconstituer une santé.
        L’Occident s’est servie d’une Allemagne morcelée et anéantie, comme tremplin.
        Ils se sont employés à la reconstruire pour faire face au bloc de l’Est et éviter une possible hégémonie française. Les Américains étaient alors à la manoeuvre et ne cachaient pas leur détestation pour de Gaulle qui le leur rendait bien.

        L’un expliquant l’autre, mais pas seulement.

        Le coup de génie du chancelier K. Adenauer via la Loi Fondamentale de 1949 sera d’une importance capitale pour l’Allemagne, aujourd’hui encore !

        Toujours est-il qu’en 1945, ni les Anglais ni les Américains ne voulaient voir la France chef de file d’une Europe en pleine reconstruction.
        Le plan Marshall a néanmoins bénéficié à toute l’Europe occidentale, dont la france, et au début des années 1980, il y avait encore du matériel Marshall au sein de l’Armée Française.

        Répondre
      • 2 juin 2020 à 19 h 05 min
        Permalink

        Commençons par sortir de l’UE !

        Répondre
        • 3 juin 2020 à 8 h 11 min
          Permalink

          @ Jean Giblin

          Le bon sens que les pseudo-sachants taxent de populisme.
          La France que déteste le branleur Griveaux, celle qui roule au diesel et qui fume des clopes face à celle qui se déplace en jet ou avec chauffeur et qui se met des rails de coke dans les naseaux pour être en érection…

          Répondre
    • 27 mai 2020 à 11 h 03 min
      Permalink

      Faux. La chicane était déjà pognée entre le salopard Staline et la mafie juive internationale à cause de l’amitié entre lui et la Chine. Il a fallu tolérer ça, car, sans Staline, ce n’était pas possible de descendre Hitler du train de la victoire!

      Répondre
  • 27 mai 2020 à 10 h 53 min
    Permalink

    @ Robert

    « …/… La seule préoccupation que nous devrions avoir aujourd’hui c’est comment allons nous soulever le prolétariat internationaliste contre les manigances du camp capitaliste Atlantique pseudo « libéral » VS le camp Asiatique « autoritaire-totalitaire »
    sinon le prolétariat se retrouvera encore une fois chair à canon puis chair à patron. »

    En ce qui concerne le profil « autoritaire-totalitaire » du camp Asie, je n’ai pas de doute.

    Mais pour pouvoir répondre à votre question Robert, comment qualifier aujourd’hui le profil occidental de nombreux autres pays – Belgique, France, Italie notamment – à travers la gestion cataclysmique d’une crise dite sanitaire, de la violence de sa politique confinement et du flicage des populations ? 😏

    Répondre
    • 27 mai 2020 à 11 h 59 min
      Permalink

      Oubli :

      « … de nombreux autres pays – Belgique, France, Italie … »  … et Espagne bien sûr !

      Répondre
  • 27 mai 2020 à 10 h 59 min
    Permalink

    Ça serait une excellente nouvelle dans un monde sans espoir!

    Répondre
  • 27 mai 2020 à 12 h 14 min
    Permalink

    @ Nadine,

    De Gaulle à la tête de la France libre déclarera la guerre au Japon dès 1941 afin de ne pas laisser la France sur le carreau, ou en dehors des enjeux des grandes puissances de l’époque, et plus tard, lors du gouvernement provisoire de 1946, il ne démissionnera cette année-là que suite à son opposition aux communistes Français… il s’était par ailleurs assuré un an auparavant d’envoyer des renforts au Tonkin en Indochine pour protéger les intérêts de la colonie française sur place, ce que la quatrième république de 1946 ne fera que renforcer alors que celle-ci devait en priorité s’occuper de la reconstruction d’une France pratiquement détruite, elle trouve le moyen de financer sa guerre indochinoise avec l’argent des américains en dehors du Plan Marshall ! une guerre absurde ou elle perdra ses plumes au final à Dien Bien Phu, en ayant sacrifié dans la  »cuvette » de cette bataille et cuisante défaite, des milliers de soldats et notamment ceux de la légion étrangère dans des conditions horribles, (ils ne pouvaient même pas se défendre) enrôlés de force souvent et prélevés dans les colonies africaines et du Maghreb (j’en sais qq chose, car l’unique oncle maternel que j’aurais pu avoir y a laissé sa peau à Dien Bien Phu, âgé à peine de 21 ans, enrôlé de force depuis le maghreb) …tout ça alors que 5 millions de français, vivaient encore dans des baraquements en France jusqu’en 1950 à cause des destructions de la seconde guerre !

    Quant à Staline, le grand vainqueur de cette seconde guerre, était bien plus rusé et combatif que ses adversaires imaginaient, il créera l’internationale communiste cette-fois ou le  »Kominform » et que bien si dissout au lendemain de sa mort en 1953, et associé au leg controversé de son inventeur, sera à l’origine de toute la politique du bloc soviétique pendant des décennies…! les dirigeants soviétiques après Staline ont tous vécu avec son ombre planant sur leur tête, avec la peur au ventre aussi, et pratiquement un pouvoir dilué ou ils étaient tous objets d’espionage et de flicage des instances du parti qui est resté constant… vulnérables aux accusations de trahison aussi pouvant surgir à tout moment !

    Répondre
  • 27 mai 2020 à 12 h 30 min
    Permalink

    Je devrais d’ailleurs écrire un bouquin un jour sur cette vie de ma mère, et celle de sa mère (une superbe belle femme résiliente et déterminée) qui a perdu presque la raison, ensuite la vue, suite au chagrin de la perte de son unique fils en Indochine ! ou ces photos qu’il renvoyait de là-bas, dont la dernière fut une magnifique pose en costume, en compagnie d’une belle vietnamienne qui tient un bébé… on ne saura jamais si c’était sa femme…ou s’il s’était marié là-bas, ni qu’on retrouvera son nom, ou une quelconque trace de lui dans les archives du ministère de la défense Français ! mis à part un  »rappel » ou prime que sa mère à reçu en guise d’annonce de sa mort ! Ma mère nous racontera que sa mère depuis marchait et parlait toute seule parfois, chantonnait, et avait les larmes qui ne quittaient plus beaux yeux clairs…jusqu’à perdre la vue ! c’était aussi il faut dire leur seul  »homme » du foyer, il subvenait à leurs besoins, il chouchoutait les filles du village avec le travail de la terre qui lui a légué son père…et suite à cette tragédie de sa perte, ils perdront leurs lopin de terre aussi, et presque tout…confisqué par l’oncle paternel ! bref, j’espère vraiment avoir le courage d’écrire cette histoire un jour ! incroyable, et digne des plus beaux romans !

    Répondre
  • 28 mai 2020 à 2 h 40 min
    Permalink

    Salut Robert,

    j’ai pas encore lu ton article, mais juste pour dire que le dessin est parfait ! Il résume exactement le système dans lequel on vit depuis Babylone. A plus…

    Répondre
    • 28 mai 2020 à 12 h 08 min
      Permalink

      @ Hervé

      Merci je n’ai pas pu résister en voyant ce dessin si parfait de rectitude

      Pas de guerre entre les peuples – pas de paix entre les classes sociales

      Bienvenue à ton commentaire

      Robert Bibeau

      Répondre
  • 30 mai 2020 à 0 h 08 min
    Permalink

    Je rajouterai aux millions de victimes des guerre de la 3:iem guerre mondiale, les millions de victimes des accidentés de la route, des maladies nouvelles (diabète, sida ou plutôt AZT, …. ), des pollutions urbaines pour satisfaire le capitalisme et la finance. C’est ainsi que l’on voit apparaître un nouveau paradigme avec la Chine avec la mise en place de l’IA (voitures automatisés), énergies renouvelables, nucléaire, expension des transports en commun (métro, trains rapides, avions futurs à plasma, … ), médecine naturelle et retour à une alimentation saine.

    Répondre
  • Ping : L’Amérique s’embrase et le monde est sous tension…le prolétariat est en marche – les 7 du quebec

  • Ping : Le dollar va littéralement s’effondrer, prévient un éminent économiste de Yale! – les 7 du quebec

  • Ping : Quel avenir, après la pandémie nihiliste et le confinement meurtrier? – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *